2015 : un grand millésime pour l’électroménager

Les adhérents du GIFAM (Groupement interprofessionnel des fabricants d’appareils d’équipement ménager) ont réalisé, en 2015, un chiffre d’affaires fabricants en croissance de 4,6 % par rapport à l’exercice précédent : un excellent résultat qui doit beaucoup, selon le groupement, au soin apporté par les marques, dans un contexte économique délicat, à l’innovation et à l’accompagnement des consommateurs.

Si l’année 2014 avait confirmé, pour le marché français de l’électroménager, le retour des bonnes vendanges (+ 1,4 %), le cru 2015 tient, quant à lui, du grand millésime, avec un chiffre d’affaires fabricants en hausse de 4,6 %, selon les résultats dévoilés par le GIFAM la semaine dernière. «Les marques adhérentes ont connu une excellente année en 2015, portée par des innovations qui répondent aux besoins des consommateurs, commente Alexander Lohnherr, directeur général de Miele France et nouveau président du groupement. Les marques ne se contentent pas d’attendre les effets du renouvellement : les fabricants innovent et accompagnent les consommateurs tout au long de la vie du produit : du choix d’un appareil jusqu’au recyclage, en passant par les conseils d’utilisation et d’entretien.» Précisons que, si le marché de l’électroménager peut être qualifié de résilient, moins soumis aux amplitudes fortes que connaissent les secteurs des Télécoms, de l’informatique ou de l’électronique grand public, la prouesse réalisée en 2015 malgré un contexte économique frémissant mais toujours fragile demeure d’envergure : depuis 2008, la croissance du chiffre d’affaires de la filière n’a jamais dépassé 3 % (+ 2,6 % en 2010).

 

Le GEM renoue avec la croissance

le marché GIFAM GEM 2015

 

Solide par nature, le marché du GEM (gros électroménager), qui affichait cependant à la baisse depuis quelques années (- 0,4% sur l’évolution des ventes en valeur en 2014, - 4,1% en 2013, etc.), a retrouvé du mordant en 2015 : + 3,7 % pour un chiffre d’affaires fabricants de 2,637 Mrds € ! À y regarder de plus près, on constate que la dynamique est plus forte en ce qui concerne la pose libre (+ 4,1 %) que l’intégrable (+ 2,8 %) : bridé par plusieurs années de recul des constructions de logements, ce dernier a cependant réalisé une performance tout à fait louable. Plus que tout autres le segment du froid a joué, en 2015, un rôle significatif dans la croissance attribuée au GEM : + 7,1 %. Le GIFAM attribue notamment ces résultats à la vague de chaleur qu’a connue le pays pendant les mois de juillet et d’août, ainsi qu’à l’élaboration par les fabricants de modèles à plus grande capacité. Le secteur du lavage a, lui aussi, connu une belle progression (+ 3,2 %), à l’aune de la cuisson (+ 1,5 %) : la croissance de cette famille a cependant été impactée par la contre-performance des cuisinières (- 4,9%), dont la demande baisse à mesure qu’augmente le taux de cuisines équipées en France.

 

Plus qu’un marché de renouvellement

Circuits de distribution GEM

 

On constate, en ce qui concerne l’évolution des circuits de distribution, que les GSS (grandes surfaces spécialisées) gagnent des parts de marché au profit, notamment, des magasins de proximité ; les Hyper/Super, les cuisinistes et les VAD/Grands magasins parviennent, quant à eux, à réaliser sensiblement les mêmes performances que l’an passé. À noter également que les ventes par Internet représentent 17,8 % du total des appareils commercialisés. Représentant aujourd’hui un parc total d’environ 190 millions d’appareils et 7 produits en moyenne par foyer en France, le marché du GEM dépasse aujourd’hui, selon le GIFAM, le stade du seul marché de renouvellement où certains appareils sont présents dans tous les foyers comme le réfrigérateur ou le lave-vaisselle : «Il est soutenu par de fortes innovations, avec des produits respectueux de l’environnement et qui s’adaptent au plus près des attentes et besoins des utilisateurs : efficacité énergétique, capacités variables et nouvelles fonctionnalités.»

 

PEM : petit, c’est très bien aussi

Marché particulièrement résilient que n’affectent pas – ou très peu – les différentes crises qu’ont connues la France et l’Europe ces dernières années, le petit électroménager (PEM) a signé une performance d’exception en 2015 : + 6,5 % pour un chiffre d’affaires fabricants de 1,292 Mrd € ! L’ampleur de cette croissance est à mesurer en fonction des deux années précédentes (+4,3 % en 2014, +2,7 % en 2013), déjà très bonnes. Aujourd’hui, le PEM représente 374 millions d’appareil répartis sur tout le territoire soit, en moyenne, 14 produits sous chaque toit. Ce marché «plaisir», fort d’une offre stimulée par la demande, et qui apportent des réponses aux tendances sociétales par l’innovation, a notamment été porté par les familles de produits dédiées à la préparation culinaire (+ 17,4 %), d’entretien des sols (+ 7,6 %) et de beauté/bien-être (+ 4,3%)  ; les segments petit-déjeuner (-0,1 %), soin du linge (-1,2%) et cuisson des aliments (-2,7 %) ont, pour leur part, connu une année plus compliquée. Quant aux circuits de distribution, le constat est le même pour le PEM que pour le GEM : les grandes surfaces spécialisées gagnent d’année en année des parts de marché, surtout au détriment des magasins de proximité. Enfin les ventes «online» représentent 16,1 % du total des transactions.

 

OBJECTIF : bien informer le consommateur

Conscients de la place des appareils électroménagers dans le quotidien des Français, le GIFAM et ses adhérents entendent bien poursuivre, en 2016, leur travail de pédagogie et d’accompagnement auprès des consommateurs : tel un cri de ralliement, la formule «Bien choisir, bien utiliser, bien entretenir, réparer, changer, donner, recycler» constitue, pour le groupement, la voie à suivre. «Le GIFAM a un rôle fondamental à jouer pour éclairer le consommateur, conclut Alexander Lohnherr. L’informer sur les bonnes questions à se poser au moment de l’achat d’un appareil, lui donner des astuces d’entretien pour le faire durer plus longtemps, et surtout lui redonner un réflexe réparation, ce sont autant de sujets sur lesquels nous pouvons agir collectivement, au bénéfice de l’utilisateur.»

[B.C.]

 

 

Ne manquez aucune info du secteur
Abonnez-vous à notre newsletter !

* champs obligatoire