Assurances affinitaires : les Français déconcertés

Réalisé par Odoxa pour le comparateur d’assurance indépendant Lesfurets.com et publié le 7 décembre 2015, un sondage établit que 52% des Français souscrivent une assurance dite affinitaire (casse et vol, remplacement à neuf, garantie 100% remboursé, prolongation de garantie, etc) lorsqu’ils achètent un appareil hi-fi, high-tech ou électroménager… et que la moitié d’entre eux (49%) ignore ce que couvre ladite assurance.

Le sondage précise, par ailleurs, que « ces assurances séduisent, en grande partie, en raison de leur faible prix en comparaison de la valeur du produit et de son utilité (36%), mais aussi par la peur de la défaillance prématurée de l’appareil (29%). »

L’étude en déduit que « le consommateur s’offre donc plus facilement une garantie supplémentaire, à peu de frais, et renforcé par l’idée que ces assurances prennent en charge des risques non couverts par d’autres contrats (18%) et la force de conviction du vendeur (17%)… »

Là où le bât blesse, c’est que les mêmes Français souscrivant à ces assurances affinitaires estiment très majoritairement (58%) qu’elles font doublon. Plus fort encore, celles-ci paraissent difficiles à résilier pour 68% des Français… La loi Hamon, pourtant, prévoit un droit de rétractation dans les 14 jours suivant l’achat, ainsi que le droit de résilier l’assurance à tout moment, après un an de contrat.

Les assurances affinitaires apparaissent donc comme une protection « au cas où », peu réfléchie ; c’est ainsi la méconnaissance du contenu des autres contrats d’assurances et de leurs garanties (habitation, automobile, carte bleue) qui apparaît.

« Les assurances affinitaires sont devenues une proposition courante pour tout achat de produits électroniques, et pourtant, elles ne sont pas forcément nécessaires pour le consommateur, explique Hamid Benamara, Directeur Général du site Lesfurets.com. En effet il est fort probable qu’il soit déjà protégé par son assurance multirisque habitation ou sa carte bancaire. En tant que comparateur, nous avons un devoir de pédagogie et d’information auprès des Français pour qu’ils soient en mesure de bien appréhender le contenu de leurs différents contrats existants. Ainsi peuvent-ils être en mesure de choisir la couverture qui correspond le mieux à leur besoin tout en évitant la multi-assurance et en conservant leur pouvoir d’achat ».

 

 

Ne manquez aucune info du secteur
Abonnez-vous à notre newsletter !

* champs obligatoire