Marché du meuble : + 2,1 % au 1er semestre 2015

SAlon meuble 2015_57

L’UNIFA, la FNAEM et l’IPEA viennent de livrer, ce mercredi 2 septembre, les chiffres enregistrés par le marché du meuble sur l’ensemble de ce premier semestre. Clôturée sur un beau mois de juin, qui affiche + 6,9 % grâce à un bon début de soldes, cette période observe un timide rebond de + 2,1 % (en valeur) : une croissance qui, toutefois, apparaît comme la conséquence directe des contre-performances des années précédentes (- 9,1 % en 2014, – 4,1 % et – 4,4 % en 2013 et 2012).

Literie et cuisine distinguées

– Détachée, il y a plus de 2 ans, de la literie dans le rôle de « locomotive » du marché du meuble, la cuisine, au terme de ces 6 premiers mois, est le segment qui enregistre la plus forte croissance de ses ventes en valeur, avec une évolution estimée à un peu plus de + 5 %.

– La literie progresse encore (entre + 3 % et + 5 %, à ajuster) ;

– Le siège continue la reprise qu’il a entamée en 2014, avec un peu plus de + 1 % ;

– Le meublant observe un recul, pour le salon comme pour la chambre ;

– Enfin, le meuble de salle de bains régresse fortement sur cette période.

2015 dans le vert ?

Malgré une légère embellie en juin, l’immobilier ne pourra pas jouer son rôle de moteur pour le marché du meuble sur le second semestre 2015, compte tenu du faible nombre de permis de construire attribués ces derniers mois ; il est même fort probable que cela soit encore le cas au cours du premier semestre 2016…

Les éléments positifs sont plutôt à aller chercher du côté du moral des ménages, en hausse depuis de nombreux mois, et à une volonté plus grande de leur part à s’impliquer dans des achats importants.

Ainsi, au vu de ces résultats du premier semestre, l’exercice 2015 du marché du meuble devrait pouvoir se terminer sur une note positive pour la première fois depuis 4 ans. Toutefois, ceci dépendra bien évidemment des résultats des soldes de juillet (encore inconnus à ce jour) et des offres de rentrée, qui seront déterminants. Et si ce dernier devait renouer avec la croissance sur l’ensemble de l’exercice, la progression ne devrait toutefois permettre de compenser qu’une très faible partie des reculs successifs enregistrés depuis 2011…

 

 

Ne manquez aucune info du secteur
Abonnez-vous à notre newsletter !

* champs obligatoire