« Zooms » de L’Observatoire Cetelem : habitudes et perception des Français en matière de logement

Les zooms de L’Observatoire Cetelem s’intéressent aux nouveaux modes de vie et proposent d’investir un grand thème en trois temps, sollicitant l’avis des Français au travers de trois vagues de sondages ; ces zooms viennent ainsi compléter et enrichir le dispositif d’observation et d’études existant de L’Observatoire Cetelem. La première édition de ces zooms porte sur l’habitat, un thème à la fois central dans la vie des Français et un précieux indicateur de l’évolution des modes de vie.

Rapport-Harris-Thème-1_sondage-3_Une-journée-type-chez-les-Français-Cetelem-12-12-001

 

Après les deux vagues d’enquête « Demain, tous colocataires ? Des usages multiples de l’habitat » et « Le logement, premier lieu d’action écologique ? » qui ont amorcé cette première édition intitulée « De la maison cocon à la maison ruche », la troisième étude, dont les résultats viennent d’être dévoilés, s’intéressait cette fois à la thématique « Une journée type chez les Français ». Autrement dit, il s’agissait de répondre aux questions suivantes : Quelles sont leurs habitudes et leurs perceptions de leur logement ? Qu’apprécient-ils d’abord faire et partager au sein de leur logement ? Dans quelle(s) pièce(s) se sentent-ils le mieux ? Entre intimité et espaces partagés, quelles aspirations chez soi ?

Il est apparu les grandes tendances suivantes :

> Lorsqu’ils rentrent chez eux, spontanément, les Français associent un sentiment de « bien-être », de « calme », de « confort » et de « repos », un plaisir quasi unanimement ressenti (97 % déclarent être contents de rentrer chez eux). Les plus jeunes mettent particulièrement en avant l’aspiration au « repos », à la « détente » et la notion de « cocon » ;

> Les Français font part d’une sensibilité particulière pour la stabilité : attachés à leur intérieur, ils apprécient que tout reste en ordre au sein de leur logement. Un besoin de repères et de stabilité moins marqué auprès des jeunes, des femmes, et des locataires qui, plus que la moyenne se montrent enclins au changement ;

Rapport-Harris-Thème-1_sondage-3_Une-journée-type-chez-les-Français-Cetelem-16-16-001

 

> Modularité des espaces, usages multiples des pièces, et attrait pour le changement n’effacent pas pour autant le besoin d’intimité notamment au sein des jeunes générations notamment. Cette tension entre intimité et ouverture / partage de l’espace est particulièrement marquée chez les jeunes : ils sont plus nombreux que les autres à préférer les pièces permettant de préserver une certaine intimité (63 % contre 31 % en moyenne, la chambre et la salle de bain notamment) ; plus nombreux également à privilégier dans l’idéal un logement où chaque occupant disposerait d’une pièce à lui seul (71 %) contre seulement 29 % qui préféreraient un logement totalement partagé.
Une tension plus relative lorsque l’on s’intéresse à l’ensemble des Français, toutes générations confondues : 69 % affectionnent particulièrement les pièces dites « communes » au sein de leur logement, et à peine plus d’un sur deux envisagent le logement idéal comme un espace où chaque occupant disposerait d’une pièce à lui seul.

Ne manquez aucune info du secteur
Abonnez-vous à notre newsletter !

* champs obligatoire