Spoga, miroir de l’outdoor moyen-haut-de-gamme

L’édition 2017 du salon de l’aménagement extérieur a été marquée par un nouveau record de fréquentation, avec 39 000 visiteurs en 3 jours. En ce qui concerne le mobilier outdoor, la partie premium du salon Garden Unique se recentre sur le moyen haut-de-gamme, pour réunir une offre qualitative de grandes marques qui donnent une idée fidèle des principales tendances de ce marché.

 

La distribution spécialisée dans le mobilier outdoor, l’aménagement extérieur, le jardinage et la vie en plein air a répondu présent à la dernière édition du Spoga, du 3 au 5 septembre dernier à Cologne (Allemagne). Comme l’indique le communiqué de l’organisateur – la Koelnmesse – un nouveau record de fréquentation a même été battu, avec 39 000 visiteurs en provenance de 113 pays : « A Spoga+Gafa 2017, grâce à de nouvelles impulsions durables, nous avons pu donner sur 226 000 m2 plus de profondeur aux thèmes abordés, et offrir une bien plus grande valeur ajoutée. Cette année, Spoga+Gafa a ainsi plus que mérité sa position de salon mondial de référence dans sa spécialité », a déclaré Katharina C. Hamma, directrice opérationnelle de Koelnmesse GmbH. Il faut rappeler que le salon a réuni 2131 exposants en provenance de 59 pays – dont 84 % de non Allemands – avec une offre très large non seulement en mobilier outdoor et accessoires de jardin, mais aussi en cuisines d’extérieur, sans oublier l’univers des plantes vertes et du jardinage intelligent sans fil.

Collection Cordial (Alexander Rose).

 

Un Garden Unique moyen-haut-de-gamme

En ce qui concerne le mobilier outdoor, cette édition a permis de rendre le positionnement du Spoga encore plus lisible pour les visiteurs des différents segments de la distribution. Le salon a proposé en premier lieu une offre très large en mobilier allant de l’entrée jusqu’au moyen de gamme, réunie dans le secteur Garden Living, et répartie sur 6 halls et 120 000 m². Dans ce secteur, se trouvent une majorité de fabricants asiatiques, proposant à la fois des produits en teck et des produits en matériaux composites, qui s’adressent en priorité à la grande distribution européenne, y compris les jardineries et les enseignes alimentaires. On y trouve aussi de nombreuses entreprises européennes – Belgique, Pays-Bas, Danemark, Italie… – qui ont délocalisé leur fabrication en Asie, et travaillent aussi bien le bois et le métal que la résine synthétique. En parallèle, cette édition a précisé les contours de Garden Unique (hall 10.2), le secteur du mobilier outdoor de grandes marques, qui se recentre désormais sur le moyen et haut-de-gamme, grâce à une cinquantaine de marques internationales aussi bien dans le mobilier, que dans le parasol ou encore le tissu pour l’extérieur, parmi lesquels de gros industriels allemands du moyen-haut-de-gamme – Kettler, Stern, Sieger… – et des marques françaises comme Lafuma (anciennement dans Garden Living, ce qui souligne la montée en gamme du fabricant), ou les Jardins du Bout du Monde (de retour au Spoga en 2017).

Sofa composable Domino (Stern).

 

Etant donné l’audience internationale du salon, ces exposants ont pour objectif d’établir des contacts commerciaux avec le monde entier, tout en soulignant la forte présence d’acheteurs allemands et d’Europe du Nord : « Il est essentiel d’être à Cologne si on veut se développer sur le marché allemand, ce qui n’empêche pas des contacts avec le reste de l’Europe et les USA, où nous avons notre plus forte croissance. », affirme Vincent Cantaert, directeur général de Mamagreen Pacific. Pour les Jardins du Bout du Monde – société française spécialisée dans le mobilier en teck rebaptisée plus simplement « Les Jardins Aix-en-Provence » – la présence sur Garden Unique a pour objectif d’accompagner un développement international : « Nous avons ouvert récemment des showrooms dans la zone Asie-Pacifique, à Bali, en Malaisie, en Australie et en Nouvelle-Zélande, explique Georges Bonichon, le directeur commercial de l’entreprise. Nous sommes venus pour trouver des partenaires dans de nouveaux pays. » Ce qui n’empêche pas l’entreprise de vouloir renforcer sa présence en France où elle compte environ 400 points de vente dont 100 spécialistes ameublement : elle sera pour cela exposant pour la première fois à EspritMeuble à Paris en décembre prochain. Pour Lafuma, l’objectif n’est pas différent : « Nous sommes une PME française avec une marque et une identité forte, liée à notre histoire et à notre stratégie de création et de fabrication en France, déclare Aude Boisadan, directrice merchandising et communication. Le Spoga est important pour nous développer en Allemagne, ce qui n’exclut pas des contacts avec de nombreux autres pays. »

Collection Aiko (Mamagreen Pacific).

 

Tendances produits : bois et métal en vedette

En ce qui concerne les tendances produits, les collections 2018 sont dominées par un retour du bois – le teck essentiellement – soit utilisé en mono-matériau, soit en mixte matériau avec du métal, ce qui marque un net recul du tressage en résine synthétique et des matériaux plastiques. Mais les plateaux en bois, sont aussi concurrencés par des matériaux à toute épreuve – résistants à la rayure, et à la chaleur – à savoir le stratifié HPL et la céramique. « Ces matériaux plus technologiques permettent de supprimer les précautions et l’entretien exigés par le teck, tout en permettant un grand nombre de décors, explique Georges Bonichon. La céramique est considérée comme plus haut-de-gamme, mais elle peut casser contrairement au HPL, presque indestructible. » Autre tendance omniprésente, la table de repas extensible : « Les clients veulent pouvoir s’adapter à un nombre de convives variable selon les périodes de vacances, ou les week-ends, nous avons donc développé des systèmes extensibles jusqu’à 14 convives, aussi bien en 100 % teck qu’en plateaux céramique, associés à des piétements métal », argumente Patrick Van Loo, directeur des ventes du fabricant britannique Barlow Tyrie. Très présent associé au bois, le métal est aussi un matériau qui se prête à toutes sortes de finitions, laquées blanches ou noires, électopolissage, sans oublier l’esthétique acier inoxydable toujours très qualitative. Pour l’allemand Kettler, l’outdoor rime avec le modulaire : le client final peut composer lui-même sa table d’extérieur, en choisissant parmi différents profilés pour les piétements métal, différentes finitions, et différents matériaux pour le plateau, du HPL à la céramique, du béton au bois, jusqu’au « Kettelux », un matériau exclusif à la marque issu du recyclage. « Des milliers de combinaisons sont possibles » précise Stéphane Dalichoux, responsable commercial pour le sud de la France, où la marque est présente en grande distribution et chez les spécialistes ameublement. Les préoccupations environnementales se traduisent aussi par le teck recyclé et son look vintage, présents chez des fabricants haut de gamme comme Mamagreen Pacific – qui utilise aussi du bois « flotté » ou usé par l’eau – et l’allemand Zebra…

 

> Pour lire les articles dans leur intégralité, recevez Le Courrier chaque semaine en versions papier ou numérique, en vous abonnant ici !

 

Ne manquez aucune info du secteur
Abonnez-vous à notre newsletter !

* champs obligatoire