« Ce sont les fabricants qui décideront de la pérennité du salon de Nantes »

Deux jours avant l’ouverture du rendez-vous de Nantes – qui, rappelons-le, se déroulera à partir de ce dimanche 5 jusqu’au mardi 7 février inclus – François Le Saint, président de l’Amicale des Représentants de l’Ameublement du Grand Ouest, livre quelques détails sur cette édition 2017 et évoque l’avenir de la manifestation.

 

le parc des expositions de la Beaujoire

Le parc des expositions de la Beaujoire

 

> CM&H : Comment s’annonce ce salon 2017 ?

François Le Saint : Cette session devrait, à peu de choses près, ressembler à celle de l’année dernière. Nous attendons environ 65 exposants, dont de nouveaux entrants, français et étrangers…

 

> Vous avez annoncé, il y a quelques mois, une offre cuisine. Qu’en est-il ?

Nous ne pourrons finalement pas la proposer à nos visiteurs. Ce projet n’a pas abouti. La cuisine est un secteur vraiment spécifique, et nous savions pourtant que plusieurs cuisinistes et fabricants locaux étaient intéressés par cette idée, dans la mesure où il n’y a pas de salon de la cuisine dans l’Ouest… et qu’il peut leur être difficile de se déplacer à Lyon pour le Sadecc. Mais malgré cela, nous n’avons pu attirer suffisamment d’exposants.

 

> Cette édition va-t-elle néanmoins proposer des nouveautés ?

Oui, il y en aura quelques-unes. Nous allons notamment mettre en avant un fabricant local, dont le concept véritablement novateur et atypique sera exposé sur la mezzanine du Grand Palais, près de l’accueil : XenuGo, basé à Vertou, a remporté la médaille d’argent du concours Lépine l’année dernière avec son produit éponyme, qui est un kit de panneaux dont l’assemblage est facilement modulable, ce qui permet de fabriquer à l’infini tous types de meubles, mais aussi des séparations, habillages muraux, etc. Il y aura également d’autres nouveaux exposants.

 

> Eternelle question : le salon de Nantes trouve-t-il toujours sa place face à celui de Paris ? Comment voyez-vous son avenir ?

Je crois que Nantes se démarque essentiellement de Paris par son calendrier : en se tenant à la toute fin des soldes, il propose aux distributeurs de recomposer leur assortiment ; ces derniers ont en effet une visibilité optimale, à ce moment-là, pour passer commande. Ainsi, ce salon de l’Ouest reste, avant tout, un salon d’affaires, et permet également à des exposants étrangers, par exemple, de se faire connaître sur le marché français grâce à son coût tout-à-fait abordable… Mais il faut bien sûr se rendre à l’évidence : depuis qu’EspritMeuble a été créé, cela devient plus compliqué pour Nantes. La question de l’utilité d’un rendez-vous régional continue donc de se poser, et je prends moi-même part à cette hésitation. Mais je pense que cette décision appartient exclusivement aux fabricants exposants : soit ils veulent que le salon perdure, et dans ce cas, je serai toujours là pour les aider aux côtés d’ExpoNantes – maintenant que je suis retraité, je peux me consacrer encore plus à l’organisation du salon – soit ils estiment que cela devient inutile pour leur business. L’avenir nous le dira. En attendant, nous aurons plaisir à nous retrouver durant ces trois jours, et les visiteurs savent qu’ils pourront profiter de la convivialité qui a fait la réputation de ce salon avec les dégustations d’huîtres, la soirée… Le salon de Nantes se tient toujours dans la bonne humeur, où les gens peuvent faire des affaires, se retrouver et échanger !

 

Ne manquez aucune info du secteur
Abonnez-vous à notre newsletter !

* champs obligatoire