CAMIF : un Tour du Made in France en mode consommation responsable

L’édition 2017 de la manifestation a permis au distributeur de faire état de ses engagements sociétaux et environnementaux, en ouvrant les ateliers de huit de ses fournisseurs, en mobilier, literie ou électroménager… Exemple emblématique, l’upcycling pratiqué par Maximum, une start up implantée près de Paris qui fabrique, à partir de déchets industriels, des meubles vendus sur Camif.fr.

Armand bernoud (Maxium) et Emery Jacquillat (Camif), au centre, et leurs équipes

Armand bernoud (Maxium) et Emery Jacquillat (Camif), au centre, et leurs équipes.

 

Pour que son projet de « nouvelle » CAMIF prenne toute son ampleur, son président Emery Jacquillat mise grandement sur la notion de lien, de partage, de réseau : « Il est essentiel pour nous de créer un écosystème réunissant l’enseigne, ses fournisseurs et ses clients, afin que tous puissent se reconnaître dans les valeurs que nous voulons promouvoir, à savoir la qualité, la défense de notre industrie, et la consommation responsable, déclare-t-il. C’est dans ce but que nous avons créé le Tour du Made in France CAMIF. » Dans son principe, cette initiative annuelle consiste à inviter des clients de la CAMIF à visiter les sites de production de ses fournisseurs, afin de découvrir leurs savoir-faire, et de pouvoir constater sur le terrain les mesures qu’elles prennent pour garantir la qualité de leurs produits, la qualité de leurs emplois, sans oublier leurs initiatives en faveur de l’environnement, le tout formant le socle commun des fournisseurs de l’enseigne niortaise. Cette « opération transparence » lui permet aussi d’apporter la preuve que le made in France est bien une réalité – 76 % des produits vendus par la CAMIF étant achetés en France auprès de 300 fournisseurs français – en utilisant la chambre d’écho de réseaux sociaux, et en mettant en ligne sur son site internet les vidéos sur les coulisses de la fabrication réalisées dans les entreprises visitées.

Lire aussi : L'édition 2016 du Tour CAMIF

 

Un dénominateur commun : la responsabilité sociétale

Dans ce contexte, l’édition 2017 du Tour du Made in France, la quatrième, a été axée sur les engagements de l’enseigne en matière de responsabilité sociétale et environnementale. Déclinée en 8 étapes et 8 thématiques, du 30 mai au 22 juin dernier – la production solidaire, la santé, l’innovation environnementale, le recyclage, l’économie circulaire, l’innovation, la réemployabilité et les initiatives locales – elle a permis d’illustrer chacun de ces enjeux par une visite chez un fournisseur, qui est aussi acteur de l’économie sociale et solidaire, implanté sur le territoire français, et dont les produits sont vendus sur Camif.fr. Par exemple, la première étape effectuée le 30 mai chez Sofamo, un fabricant de mobilier pour chambre d’enfants implanté à La Rochelle (Charente-Maritime), a permis d’évoquer la santé à travers la problématique de la qualité de l’air intérieur : dans l’attente de la réglementation à venir, qui instaurera un étiquetage obligatoire des polluants contenus dans les meubles, Camif.fr et Sofamo réfléchissent déjà à des matériaux et procédés moins polluants pour des meubles plus sains.

Coques gravêne maximum camif

Coques du fauteuil Gravêne.

 

Autre exemple, la deuxième étape s’est déroulée le 1er juin à l’ESAT de Pau (Pyrénées Atlantiques), l’un des 1 500 établissement et services d’aide par le travail de France, où du mobilier pour la chambre à coucher est fabriqué par des personnes en situation de handicap. La CAMIF montre ainsi qu’il est possible non seulement de fabriquer en France, mais d’utiliser la fabrication comme un moyen d’insertion, une illustration de sa responsabilité sociétale, et de sa volonté de « donner du sens » à son activité. Pour le distributeur, la responsabilité sociétale inclut aussi l’innovation, sans laquelle l’offre ne peut pas être en phase avec les attentes des clients. Dans ce sens, l’étape des 16 et 18 juin a eu lieu à Paris dans le cadre du concours « Make it Happen », initié par la fabrique de quartier WoMa, avec la plateforme de financement participatif Ulule et le laboratoire d’innovation Soon Soon Soon, dont la CAMIF est partenaire pour la deuxième année. Ce concours est ouvert aux « makers », invités à créer un produit innovant pour la maison, pouvant par exemple être fabriqué dans un FabLab au moyen des technologies numériques et de l’impression 3D. La CAMIF intervient en amont dans la sélection des dossiers de candidatures, par la remise au lauréat d’un prix de l’innovation durable (5000 €), et en aval par la commercialisation du produit primé sur son site.

 

Maximum : du déchet industriel au mobilier

Ce Tour du Made in France 2017 a aussi mis en évidence tout l’intérêt porté par la CAMIF à l’économie circulaire ou upcycling- qui consiste à fabriquer des produits neufs à partir de déchets industriels pour réduire la consommation de matières premières et les gaz à effet de serre – à travers la visite de l’entreprise Maximum (Ivry-sur-Seine, Val-de-Marne) le 20 juin. Cette entreprise peut être considérée comme pionnière de l’upcycling dans le meuble, avec par exemple son fauteuil Gravêne…

 

> Pour lire les articles dans leur intégralité, recevez Le Courrier chaque semaine en versions papier ou numérique, en vous abonnant via la rubrique dédiée sur ce site !

Ne manquez aucune info du secteur
Abonnez-vous à notre newsletter !

* champs obligatoire