La Ligna 2015 sous le signe de l’efficacité

Le salon international des industries du bois et de la sylviculture ouvrira ses portes du 11 au 15 mai prochain à Hanovre (Allemagne). De l’automatisation numérique des process de fabrication à la démocratisation de la commande numérique, du placage de chants sans colle aux nouveaux procédés de finition, les nombreuses innovations présentées n’ont qu’un seul but : améliorer l’efficacité économique des acteurs de la filière.

LIGNA

 

La Ligna 2015, le grand rendez-vous biennal de la filière bois, de la sylviculture jusqu’à la deuxième transformation, présente un intérêt pour tous les acteurs du meuble et de l’agencement qui mettent en œuvre du bois massif ou des panneaux à base de bois. Plus de 1 500 exposants, venus d’une cinquantaine de pays, parmi lesquels les leaders de la machine à bois seront présents, avec des stands souvent spectaculaires, sur une surface nette d’exposition de 120 000 m². « Il y aura, sur cette édition, un nombre très important de nouveaux exposants, de l’ébénisterie et de la menuiserie, du secteur des machines pour l’industrie du meuble, du secteur de l’automatisation de la fabrication, ainsi que de la transformation du bois massif, et des techniques de scierie, déclare Jochen Köckler, membre du directoire de Deutsche Messe. Toutes les informations sur les produits, les tendances et les innovations du moment sont réunies ici pour promouvoir le développement de chaque modèle d’activité concerné. »
Ligna se distingue aussi par son caractère international avec, outre l’Allemagne, un nombre important d’exposants venant d’Italie, d’Autriche ou de Chine, la France occupant le huitième rang avec 25 stands, spécialisés notamment dans les systèmes de filtration d’air, les chaudières biomasse, ou encore la valorisation des déchets de bois.

LIGNA (06. - 10. Mai 2013)
 

Industrie 4.0, technologies démocratisées

A l’attention des gros industriels du secteur, notamment de la menuiserie et du meuble, la Ligna 2015 proposera une animation exclusive, avec des chaînes de fabrication complètes en fonctionnement sur le salon, utilisant des équipements connectés qui préfigurent
« l’industrie 4.0 » de demain. « Il est indispensable de disposer de concepts, de systèmes et de solutions dernier cri, en matière d’automatisation et de numérisation, pour s’imposer face à la concurrence, ajoute Jochen Köckler. L’interconnexion généralisée gagne du terrain dans le secteur du bois et du meuble, les producteurs doivent optimiser leurs flux de données pour demeurer compétitifs, ce qui vaut à la fois pour la fabrication en série, et pour le produit personnalisé. »

Le salon mettra à jour une autre tendance, à l’attention des PME cette fois, à savoir l’adaptation des centres d’usinage à commande numérique (CNC) pour les artisans de la menuiserie et de l’ébénisterie. Cette démocratisation de la production assistée par ordinateur, désormais intégrée aux modèles d’entrée de gamme, permet de fabriquer des produits personnalisés, en gagnant du temps et en réduisant les coûts de production. Les machines correspondant à ce positionnement se sont diversifiées, avec des modèles comportant de 3 à 5 axes, dédiées à l’usinage du panneau comme du bois massif, aptes à réaliser du profilage ou du fraisage de formes. Ce type de machines se situe en définitive dans la tendance du « tout-en-un », avec des agrégats multifonctions pour percer, scier et fraiser, sans oublier les systèmes de multi-serrage pour cadres et pièces étroites. L’usinage à commande numérique fera l’objet d’un stand de démonstration sur le salon, et sera décliné en de nombreuses solutions techniques chez les exposants des halls 11, 12, 14 et 15 du parc des expositions.

Egalement en pleine actualité, les techniques de placage de chant sans colle seront à l’honneur. Après avoir lancé la technologie laser, qui s’adresse plutôt aux gros industriels, les fabricants ont mis au point des procédés alternatifs – air chaud, plasma… – qu’ils ont adaptés aux machines d’entrée de gamme, mettant ainsi la qualité « joint invisible » à la portée des petites entreprises. Une autre alternative s’offre encore, avec la technique du film mince utilisant de la colle PUR, qui associe un résultat très qualitatif avec un coût de revient attractif.

 

 

Ne manquez aucune info du secteur
Abonnez-vous à notre newsletter !

* champs obligatoire