Le groupe Fournier garde le cap

Dans un contexte difficile, l’entreprise savoyarde, oeuvrant dans les secteurs du meuble de cuisine, de salle de bains et de rangement, affiche des résultats stables. Le groupe envisage l’année 2015 avec sérénité.
 
BERNARD_FOURNIER-article
 
Alors qu’il s’est longtemps démarqué des autres, le marché du meuble de cuisine en France connaît actuellement ce que l’on pourrait appeler un « passage à vide » : rappelons que pour la troisième année consécutive, les ventes reculent (repli estimé à un peu plus de - 2 % en 2014). Certes, le secteur de la cuisine a pris, en dix ans, des parts de marché dans l’univers du meuble, représentant désormais 25 % de son total... La situation demeure cependant délicate ; le marché de l’immobilier, surtout le neuf, connaît un recul assez net, et nul ne sait dire, pour l’heure, si l’année 2015 verra ce dernier rebondir.
Dans ce contexte pour le moins compliqué, le groupe Fournier, qui fabrique et commercialise des meubles de cuisine, de salle de bains et de rangements à travers ses marques SoCoo’c, Mobalpa, Perene et Delpha, affiche une stabilité de bon augure  : son chiffre d’affaires consolidé a même très légèrement augmenté, de 251 millions d’euros en 2013 à 252 millions d’euros en 2014. Mieux encore, l’entreprise continue de gagner des parts de marché : 10 % en 2014 par rapport à 9,8 % en 2013. Ce pourcentage pourrait d’ailleurs augmenter de manière conséquente en 2015, compte tenu des projets en cours (voir encadré).

Un mapping efficace

Dans un marché dont l’offre tend à se concentrer, on peut imputer, en partie, ces résultats encourageants à une segmentation claire et efficace des trois enseignes du groupe : SoCoo’C, dont le panier moyen est de 6000 euros, est présente sur le segment économique, tandis que Mobalpa (PM entre 11 000 et 12 000 euros) évolue en milieu de gamme, et Perene (PM de 16 000 euros) en premium. Ainsi les marques, dans la présente cartographie stratégique, ne se concurrencent pas entre elles : « Il est indispensable, pour cette raison, de bien maintenir l’écart entre les enseignes, notamment SoCoo’C et Mobalpa », précise Laurent Marguerettaz, directeur commercial réseaux du groupe.
D’autres informations viennent conforter la politique menée par l’entreprise, tel le Net Promoter Score (NPS). Mis en place récemment chez Fournier Habitat, cet indicateur de satisfaction des clients classe les acheteurs en trois catégories selon leur degré d’enthousiasme : les promoteurs, les passifs et les détracteurs. Le résultat final est calculé en soustrayant le pourcentage de détracteurs du pourcentage de promoteurs. Effectué grâce à une opération de phoning systématique, le NPS obtenu par le groupe est de + 29 ; la marque Perene obtient même, pour sa part, la note de + 52… Ce résultat est à comparer, par exemple, au NPS d’Apple, qui atteint + 57.

Cap sur le Royaume-Uni

Ainsi l’année 2015 est-elle envisagée avec sérénité. Outre le projet de rachat d’Hygena, le groupe voit de belles perspectives de développement pour la politique de franchise Mobalpa qu’il mène au Royaume-Uni depuis bientôt trois ans : le magasin pilote lancé à Manchester a connu un certain succès, et trois franchisés ont ouvert à Londres, l’an passé. « Avec l’Espagne et la Belgique, le Royaume-Uni est très ouvert au concept de franchise, explique Bernard Fournier, président du groupe. Les opportunités de développement sont donc bien présentes. »

Fournier Habitat ne perd pas de vue, cependant, la nécessité d’investir dans l’outil industriel pour demeurer compétitif. Les investissements vont donc se poursuivre : 26 millions par an en moyenne ont été – et seront - dépensés entre 2013 et 2016, avec un pic d’investissement de 36 millions d’euros cette année.

 

 

Ne manquez aucune info du secteur
Abonnez-vous à notre newsletter !

* champs obligatoire