Marché du meuble : + 4,8 % sur le 1er semestre !

Sur les six premiers mois de l’année, les ventes de meubles dans l’Hexagone enregistrent une croissance de 4,8 % obtenue, notamment, grâce à de très beaux résultats en avril et juin.

Marché du meuble 1er semestre 2016

Après avoir reculé de 3,7 % au mois de mai, les ventes de meubles repartent à la hausse en juin, validant l’hypothèse que de nombreux ménages se sont réservés pour les soldes mais également pour les ventes privées pré-soldes, proposées maintenant par de nombreuses enseignes. Le mois de juin enregistre ainsi une progression de ses ventes de meubles de 8,7 %, soit la deuxième plus forte croissance du semestre après avril, et confirme le regain d’activité de ce mois après la belle progression de 2015 (+ 6,9 %). L’intérêt des ménages français pour les soldes apparaît comme toujours vif sur notre marché du meuble, malgré un mois de juin où les grèves et les protestations sociales se sont succédées.

graphique 1

La confirmation de la reprise de 2015

Ce résultat permet de clôturer le premier semestre sur une croissance des ventes de 4,8 %. Les résultats des six premiers mois confirment la reprise entamée en 2015

MARCHÉ DU MEUBLE : + 2,4 % EN 2015

mais surtout, celle-ci s’accélère sur le début de ce nouvel exercice, ce qui laisse augurer du meilleur pour les mois à venir. Et ce d’autant plus que sur les trois derniers exercices, le second semestre, sous l’impulsion des nouvelles collections, a toujours été meilleur que le premier. Espérons qu’il en soit ainsi en 2016, ce qui permettrait au marché de recréer une bonne partie de la valeur perdue ces dernières années.

Malgré une baisse de moral des ménages sur le mois de juin, de nombreux indicateurs restent bien orientés dans la perspective du second semestre : stabilité des prix, fortes hausses de la consommation, reprise des permis de construire et des mises en chantier… Soit autant d’éléments qui, selon le président de l’IPEA Daniel Fontaine, autorisent à rester optimiste pour les six prochains mois sur le marché du meuble. Didier Baumgarten, à la tête de la FNAEM, appuie cette idée : « Ces résultats positifs remettent enfin du baume au cœur des distributeurs, ce d’autant que plusieurs indicateurs autorisent un certain optimisme pour le futur proche : outre l’immobilier, nous constatons que les ménages semblent moins attentistes, et leur consommation a également enregistré de belles progressions sur les cinq premiers mois, soutenue par un indice des prix à la consommation quasiment stable sur les douze derniers mois (+ 0,2 %) ».

graphique 2

Familles de produits : de belles surprises

Sur le premier semestre 2016, les plus fortes progressions sont à aller chercher du côté de la cuisine, de la literie et - une fois n'est pas coutume - du rembourré.

- Les ventes de cuisine progressent fortement au premier semestre, dans la lignée d’une belle année 2015, et ce d’autant plus que le segment est soutenu par la reprise de la construction neuve dans l’immobilier ;

- Les ventes de literie de 160 cm ou plus continuent de se développer, tout comme le panier moyen des consommateurs. Les nombreuses opérations de communication et promotionnelles continuent de porter leurs fruits auprès d'un consommateur… qui commence toutefois à se poser des questions sur les prix « réels » des produits ;

- Le segment du meuble rembourré enregistre de belles performances sur le premier semestre 2016. Toutefois, comme pour les six premiers mois 2015, si on note de belles progressions des ventes de canapés et fauteuils, on constate également un recul de celles des banquettes, malgré une reprise de l'activité dans l'immobilier et du nombre de déménagements ;

- Le segment des meubles de salle de bains est celui qui profite le plus de la reprise de l’immobilier, ancien comme neuf. Elle lui permet, en effet, de renouer avec la croissance pour la première fois depuis le premier semestre 2012 !

- Belle performance également pour le segment du meuble meublant, et notamment celui des meubles de salon / séjour. Les ménages ont en effet privilégié la pièce à vivre, mais sans délaisser leur chambre à coucher, puisque les ventes de meubles consacrés à cette pièce ont aussi progressé durant le premier semestre ;

- Les ventes de meubles de chambre pour bébé restent par ailleurs bien orientées, toujours soutenues par une natalité française encore élevée ;

- Enfin, les ventes de bureaux connaissent aussi de bonnes performances, soutenues par le développement du télétravail.

 

L’industrie profite également

Cette reprise profite également aux industries françaises de l’ameublement, avec une production atteignant + 5,21 % en cumul à fin mai 2016 (hors literie et export). Dominique Weber se félicite de l’ensemble de ces résultats : « Ce sont de très bonnes nouvelles. Cette embellie ne doit cependant pas éclipser les sacrifices qui ont été faits par les fabricants français ces dernières années, et leurs efforts pour être toujours plus compétitifs ». Il rappelle par ailleurs que l’organisation qu’il préside, l’Ameublement Français, accompagne ces derniers avec le grand projet sectoriel « Ambitions 2016 – 2021 » qui s’articule, rappelons-le, autour de trois axes : le regain de compétitivité, l’appropriation de la demande en France et à l’étranger, et la construction de nouveaux business models

3ÈME BUSINESS DAYS POUR L’UNIFA

Un projet qui avait remporté récemment de soutien du désormais ex-ministre de l’Economie Emmanuel Macron.

Ne manquez aucune info du secteur
Abonnez-vous à notre newsletter !

* champs obligatoire