Marché du meuble : excellent mois d’avril !

Encore un mois positif pour notre marché du meuble ! Avril est même excellent, affichant une progression des ventes de 9,3 %, par rapport au même mois de l’année précédente, avec un samedi en plus toutefois.

 

Le marché surfe sur la reprise de l'immobilier

Pour rappel, l’activité était déjà en hausse de 3,6 % en avril 2015… ce qui permet, au moins pour ce mois, de rattraper les contre-performances des années précédentes (- 6,2 % en 2014 et - 0,5 % en 2013). Le marché surfe ainsi sur la reprise de l’immobilier et de la consommation des ménages pour se refaire une santé. Espérons que les événements politiques et sociaux que nous vivons auront peu d’impact sur l’activité des mois à venir, d’autant plus que la période d’élection présidentielle, toujours peu propice à de forts investissements des consommateurs, se rapproche.

croissance marché du meuble

 

+ 5,8 % en cumul sur les 4 premiers mois

Les résultats de notre marché en cumul s’améliorent également et progressent de 5,8 %, contre une légère hausse cumulée de 1,5 % à fin avril 2015. Pour le moment, cette excellente croissance permet au marché de renouer avec le niveau de performances qui était le sien lors du premier quadrimestre 2011, année record du marché en valeur (9,84 milliards).
Il faudra donc au marché, pour atteindre à nouveau ce niveau de chiffre d’affaires en fin d’exercice, maintenir ce rythme de croissance tout au long de l’année.

 

Pour le reste de l’année : plusieurs paramètres en jeu

Pour y arriver, le marché pourra toujours s’appuyer sur un regain d’activité dans le marché de l’immobilier ancien. En effet, une étude réalisée par l’IFOP pour le compte des Déménageurs Bretons en janvier 2016 (sur un échantillon national représentatif de la population française portant sur 2 016 personnes âgées de 18 ans ou plus) révèle que 15 % des Français devraient déménager au cours de l’année 2016, soit 3 points de plus par rapport à 2015 : ceci constitue une bonne nouvelle pour notre secteur.
Pour pouvoir maintenir ce niveau de performances, il faudra aussi s’adapter à un consommateur de plus en plus pressé. Selon une enquête réalisée par Opinea pour Ingenico Group (leader mondial des solutions de paiement) auprès d’un échantillon de 1 008 personnes âgées entre 18 et 70 ans passant au moins 5 heures par semaine sur Internet dans le cadre personnel, les ménages français restent très sensibles à l’attente en caisse et aux ruptures de stocks.

abonnement (1)

Ces deux problèmes seraient responsables d’une part importante d’abandons d’achats en magasin. En effet, 52 % des sondés déclarent avoir déjà renoncé à un ou plusieurs achats alors que le temps d’attente en caisse était trop long. Ce qui pousse ainsi 43 % des interviewés à apprécier l’idée qu’un vendeur puisse régler leurs achats sur une tablette à l’écart de la caisse. 77 % des personnes interrogées déclarent quant à elles avoir renoncé à au moins un achat lors de leurs dix derniers achats, faute de stock. Ce pourcentage est plus important chez les femmes et les ménages les plus jeunes. Pour y remédier, 96 % des déclarants seraient intéressés par un dispositif de commande rapide en magasin, avec livraison à domicile, si un produit est indisponible dans le point de vente.

SOMMEIL ET TECHNOLOGIES : L’ANALYSE

Ces désagréments n’empêchent toutefois pas les consommateurs français de privilégier le magasin. En effet, une autre enquête mondiale réalisée par Oracle (développeur de logiciels et services informatiques), auprès de 5 000 consommateurs dans dix pays différents en janvier 2015 (Allemagne, Australie, Brésil, Chine, Etats-Unis, France, Inde, Japon, Russie et Royaume-Uni), montrait que les Français restent encore très attachés au point de vente physique. 54 % d’entre eux préféraient effectuer leurs achats en magasin et les ramener chez eux contre, seulement 44 % pour la moyenne des autres pays couverts par l’enquête. Mais étant des consommateurs de plus en plus pressés, les Français seraient plus nombreux à vouloir passer commande en ligne et récupérer ensuite le produit en magasin afin d’éviter les longues files d’attente.
58 % des Français déclarent donc être convaincus par le click and collect, contre seulement 38 % des consommateurs de nationalité différente.

 

 

 

Ne manquez aucune info du secteur
Abonnez-vous à notre newsletter !

* champs obligatoire