Le marché s’écroule en août ! (IPEA)

Les ventes sur le marché du meuble s’effondrent au cours du mois d’août, et l’activité est en repli de 8,3 %. Si certains éléments permettent d’expliquer ce recul, la situation n’en demeure pas moins préoccupante puisque les premiers échos font état d’un mois de septembre lui aussi difficile et dans la lignée des mois de juillet et août. Ainsi, pour le mois d’août, le marché a dû composer notamment avec un samedi en moins, de très fortes chaleurs peu propices à favoriser les déplacements en magasin et un référentiel d’août 2015 très performant à + 5,3 % qui limitait les possibilités de forte croissance… La chute de performances est sévère, et il faut remonter au mois de juin 2014 pour trouver trace d’un recul aussi marqué. Les offres et les catalogues de rentrée n’ont pas su pour le moment séduire un consommateur qui, il est vrai, avait fortement dépensé pour ses achats de mobilier au cours du premier semestre.

photo-ipea

Les ventes cumulées à fin août font état d’une croissance de + 2,4 %, soit la moitié de la croissance cumulée enregistrée à fin juin (+ 4,8 %). Si les enseignes de l’ameublement milieu-haut de gamme sont celles qui enregistrent le plus fort recul de leurs ventes sur le bimestre juillet-août, personne ne parvient néanmoins à véritablement sortir son épingle du jeu sur cette période.

 

L’arbitrage, toujours nécessaire

Si, sur notre marché, les derniers mois ont montré que le secteur commençait à sortir de la crise, il ne faut toutefois pas oublier que la situation économique de nombreux Français reste précaire. Les résultats des deux derniers mois viennent ainsi nous le rappeler. Même si la situation s’est améliorée pour de nombreux ménages, les lendemains de crise sont difficiles et son poids se fait toujours sentir chez certains d’entre eux. La cinquième édition du baromètre réalisé en ligne par CSA pour le compte de Cofidis sur les Français et leur pouvoir d’achat, du 23 au 25 août 2016 auprès d’un échantillon de 1 001 Français représentatifs de la population française âgés de 18 ans et plus selon la méthode des quotas, nous révèle tout d’abord qu’il manque en moyenne tous les mois aux Français 464 euros pour vivre confortablement. Ce montant n’aurait pas augmenté depuis 2014, ce qui est plutôt une bonne chose. Si les Français disposaient de cette somme, ils l’investiraient en priorité dans les loisirs pour 51 % d’entre eux, soit 6 points de plus que l’année précédente, et en second lieu dans l’équipement de la maison pour 34 % d’entre eux, en baisse de 7 points par rapport à 2015.

Ensuite, 20 % des Français seraient à découvert tous les mois ; 46 % le seraient au moins une fois par an avec un découvert de 360 euros en moyenne, et 8 % d’entre eux estiment être en situation de pauvreté.

Enfin, 16 % des Français réduisent prioritairement leurs dépenses alimentaires afin de réaliser des économies tous les mois. Toujours selon cette même étude, les arbitrages de dépenses des Français se font également en priorité sur leur budget consacré à l’équipement de la maison et à l’habillement.

 

Ne manquez aucune info du secteur
Abonnez-vous à notre newsletter !

* champs obligatoire