Formation et apprentissage, 2 enjeux majeurs de la filière

Lors de la conférence organisée le 15 février, à l’occasion de laquelle ont été livrés les chiffres du marché sur le dernier exercice, l’Ameublement Français et la FNAEM ont fait un point sur ces deux enjeux majeurs – pour une filière meuble riche de 110 000 salariés – que sont la formation et l’apprentissage. Le secteur, aujourd’hui, fait l’objet de politiques sociales dynamiques et de grandes ambitions en la matière.

 

Avec 110 000 salariés – 50 000 dans la fabrication, 60 000 dans la distribution – la filière ameublement en France représente autant d’emplois que Renault et Peugeot réunis. Le président de la FNAEM, Didier Baumgarten, se félicite notamment de la reprise des effectifs observés depuis un peu plus d’un an dans la distribution, après une légère décrue observée entre 2013 et 2015… Cette comparaison avec les constructeurs automobiles démontre ainsi la nécessité, pour le secteur, de mener à bien les grands chantiers de la formation et de l’apprentissage, qui sont deux de ses enjeux majeurs. C’est la raison pour laquelle les dirigeants de l’Ameublement Français et de la FNAEM se sont particulièrement attardés sur ce point, lors de la conférence de la semaine dernière organisée à Paris, avant de dévoiler les chiffres de l’exercice 2017.

La filière ameublement se caractérise, on le sait, par une nette prédominance de TPE et de PME : 73 % des magasins emploient, par exemple, moins de 5 salariés, et les entreprises intégrant plus de 50 personnes dans leur effectif ne représentent que 2,6 % du total des fabricants de meubles [voir encadré]. Le secteur propose, en majorité, des Contrats à Durée Indéterminée… « Après des années compliquées, de belles perspectives s’ouvrent aujourd’hui à nous » déclare Dominique Weber, président de l’Ameublement Français. De belles perspectives offertes, avant tout, par les nouvelles technologies : celles-ci constituent néanmoins un défi de taille, que les fabricants et distributeurs de meubles comptent bien relever avec des politiques sociales et dynamiques ambitieuses.

Anne Midavaine, responsable de la commission sociale au sein de l’Ameublement Français

 

Faire évoluer les salariés, attirer des talents

Adapter les salariés, conserver et faire évoluer leurs compétences internes, attirer de nouveaux talents : tels sont les objectifs de ces politiques sociales déjà engagées depuis quelques années.

Du côté de la distribution, Patrick Prigent, en charge de la commission sociale au sein de la FNAEM, évoque trois exemples. Premier d’entre eux, le tout nouveau site meuble-emploi.fr, lancé fin 2017, exclusivement réservé aux professionnels de l’ameublement et de l’équipement de la maison, doit faciliter le recrutement, la mobilité professionnelle mais aussi s’avérer utile dans le reclassement. A noter, en deuxième lieu, que la Fédération a signé 6 accords ou avenants avec les partenaires sociaux, au cours des derniers mois (participation, intéressement, accords salaires minima…) : « Nous avons notamment la volonté d’être au service des TPE en leur procurant des dispositifs clés en main » souligne Patrick Prigent. Enfin, le travail de la FNAEM avec les organisations professionnelles représentatives de la branche du négoce d’électroménager (FENACEREM et FEDELEC), qui doit donner lieu, à terme, au rapprochement des conventions collectives des deux secteurs – pour faire émerger un pôle conventionnel « distribution de l’équipement de la maison », fort de 125 000 salariés, et même susceptible d’accueillir d’autres branches proches – contribue, entre autres, à donner encore plus de poids aux filières face aux pouvoirs publics.

Patrick Prigent, à la tête de la commission sociale de la FNAEM.

 

La fabrication se montre également très active, comme l’a détaillé Anne Midavaine. 13 accords collectifs ont été signés depuis 2015, majoritairement consacrés au développement des compétences, aux régimes de frais, à l’égalité hommes / femmes… La branche s’engage également fortement sur les terrains de l’apprentissage et de la reconversion professionnelle.

Retrouvez aussi toutes les fiches conseil de notre consultant Philip Anderson à l'attention des distributeurs

 

De grandes ambitions pour enseigner des métiers d’avenir

« Ce n’est pas « has been » d’aller travailler dans l’ameublement, martèle en effet la présidente de la commission sociale de l’AF. Nous faisons partie des dix branches qui ont le plus d’apprentis dans le pays…

 

> POUR LIRE LES ARTICLES DANS LEUR INTÉGRALITÉ, RECEVEZ LE COURRIER CHAQUE SEMAINE EN VERSIONS PAPIER ET / OU NUMÉRIQUE, EN VOUS ABONNANT ICI !

Ne manquez aucune info du secteur
Abonnez-vous à notre newsletter !

* champs obligatoire