La franchise, un modèle solide qui fait recette

Franchise Expo 2018 s’est déroulé dans un bon climat d’affaires, avec des exposants satisfaits du nombre et du profil des visiteurs candidats à un projet, à l’image des bons chiffres communiqués par la Fédération Française de la Franchise. Dans ce vaste ensemble de près de 500 marques, les enseignes du meuble et la cuisine misent sur ce modèle économique pour développer leur réseau, en offrant un accompagnement et une formation de plus en plus poussés pour optimiser les chances de succès des projets.

 

La franchise se porte bien, merci. Telle est l’impression qui domine le visiteur, au moment de quitter Franchise Expo 2018, qui vient de refermer ses portes à Paris Porte de Versailles. Une impression corroborée par les chiffres très positifs communiqués par la Fédération Française de la Franchise (FFF) pour l’année 2017 : ce secteur a enregistré une croissance de 8 % de son chiffre d’affaires, une hausse de 4 % du nombre de réseaux et de 3,6 % en nombre de points de vente, ce qui pousse légitimement à l’optimisme (voir encadré). A l’origine de cette bonne santé, on trouve un modèle qui repose sur une prise de risque mesurée, répartie entre le franchiseur et le franchisé, ce qui en fait un système commercial rassurant, dans une conjoncture qui reste fragile : « La formule clé en mains de ce modèle entrepreneurial séduit les candidats à la franchise. Ils souhaitent bénéficier de la notoriété de l’enseigne, leur permettant de démarrer plus rapidement leur activité, déclare Chantal Zimmer, déléguée générale de la FFF. Le savoir-faire transféré par le franchiseur et les services apportés tout au long du contrat de franchise – formation, accompagnement, assistance, communication – s’avèrent essentiels pour se lancer dans l’aventure. » Dans les allées du salon, le flux de visiteurs est soutenu et continu, sans précipitation. Les rendez-vous se prolongent : la signature d’un contrat de franchise est un projet qui doit être mûrement approché et réfléchi avant de se lancer, pour multiplier les chances de succès. En termes de fréquentation, les exposants que nous avons rencontrés n’ont pas caché leur satisfaction, en particulier les deux premiers jours – le dimanche et le lundi – pour une édition qui devrait être au moins égale à celle de l’an passé, qui avait attiré 35 600 visiteurs.

Stand Gautier.

 

Les exposants du meuble affichent leurs ambitions

Comme l’a montré cette 37e édition, Franchise Expo a confirmé cette année encore qu’il est le grand rendez-vous de la franchise, en attirant environ 500 enseignes françaises et internationales, représentant 90 secteurs d’activité. Parmi ces derniers, le tiercé de tête se compose de l’hôtellerie / restauration (19,4 % des exposants), suivie des services aux particuliers et aux entreprises (14,7 %) et du secteur beauté / santé (10,3 %). Le secteur décoration et équipement de la maison se situe en milieu de peloton, et représente 7 % des exposants, soient environ 35 enseignes. Du côté des enseignes de meuble, Gautier a trouvé avec la franchise un modèle gagnant sur lequel il a fondé le développement soutenu de son réseau de magasins à sa marque : l’enseigne compte aujourd’hui 70 magasins de France, dont 63 franchisés et 7 en propre, pour un total de 115 dans le monde. « Nous avons démarré la franchise il y a douze ans, et notre rythme est de 6 à 8 ouvertures en France chaque année, déclare Jean-Pierre Cordier, directeur du réseau de franchise. Notre stratégie est de nous développer sans précipitation, pour arriver à 120 magasins en France à l’horizon 2022. » Pour atteindre cet objectif, la marque met en avant son image de qualité et de sérieux, sans oublier le made in France, et favorise l’ouverture de points de vente de 500 m2 environ, souvent en centre commercial, en souhaitant idéalement voir les franchisés en ouvrir plusieurs. De nouveau présent à la Porte de Versailles, l’enseigne de mobilier danois BoConcept mise également sur la franchise pour poursuivre son développement en France : « Nous sommes à la recherche d’investisseurs ayant l’ambition et la capacité d’ouvrir plusieurs magasins. Avec l’élargissement au segment B to B et le lancement du site e-commerce en France, nous avons ouvert de nouvelles opportunités de business pour nos franchisés, dont les enjeux vont être modifiés dans les années à venir », explique Lars Hovang, directeur général de BoConcept France. Après avoir ouvert trois nouveaux points de vente en 2017, l’enseigne a déjà finalisé deux nouvelles ouvertures début 2018 (Aubagne et Tours), avec des franchisés du réseau actuel, et se fixe pour objectif d’atteindre 60 magasins à la fin 2020, à raison de 5 à 8 ouvertures par an (le nombre total de points de vente est de 300 dans 65 pays). Elle a pour cela recruté un nouveau directeur du développement, Laurent Perry-Spencer, ce qui permettra un meilleur suivi du réseau.

Stand Natuzzi Italia.

 

Signe de l’attractivité de Franchise Expo, la présence de nouveaux exposants, à l’image du fabricant de canapés italien Natuzzi. « Nous disposons aujourd’hui de 7 magasins franchisés en France, la dernière ouverture étant au centre commercial Val d’Europe (Serris, Seine-et-Marne) sur 500 m2, notre objectif étant d’ouvrir une trentaine de magasins dans 3 à 5 ans, en ciblant les villes moyennes à partir de 100 000 habitants », déclare Olivier Chefdeville, responsable du marché français. Pour y parvenir, le fabricant mise sur son image de « made in Italy », puisque tous les produits destinés aux marchés de l’Europe de l’Ouest sont fabriqués dans la péninsule, et entend commencer avec la marque haut de gamme du groupe – Natuzzi Italia – avant de développer son autre marque destinée au cœur du marché, Natuzzi Edition. Cette édition était celle des premières, puisque l’enseigne Intérior’s, havraise et non pas anglo-saxonne comme on pourrait le penser, exposait aussi pour la première fois. A la fois créateur de ses collections, qui sont conçues dans son bureau de style implanté au Havre, fabricant délocalisé, avec 3 usines au Vietnam dont elle maîtrise totalement l’activité, et distributeur avec ses magasins monomarques, Intérior’s présente un modèle original, et se positionne sur le meuble meublant et le siège de charme, en offrant une trentaine de collections à mi-chemin entre le classique et le contemporain, dans un registre ébéniste déco. « Notre développement en France se fait avec le modèle de la succursale, avec aujourd’hui 30 magasins gérés par des salariés du groupe, explique Hélène Van Deville, directeur des ventes pour les zones Amériques, Moyen-Orient et Asie. Notre présence sur le salon est motivée par la recherche de franchisés à l’international. » La responsable se déclare satisfaite d’avoir rencontré des candidats intéressants, notamment des pays du Maghreb, d’Europe de l’Est ou du Canada.

Stand Schmidt Cuisinella.

 

Cuisine, agencement : l’importance de la formation

En nombre de franchisés, les réseaux les plus importants sont certainement ceux de la cuisine, à l’image de la SALM, qui compte avec ses deux enseignes Schmidt et Cuisinella 531 magasins en France (et 700 au total). Mais le groupe alsacien ne compte pas s’arrêter en si bon chemin…

 

> POUR LIRE LES ARTICLES DANS LEUR INTÉGRALITÉ, RECEVEZ LE COURRIER CHAQUE SEMAINE EN VERSIONS PAPIER ET / OU NUMÉRIQUE, EN VOUS ABONNANT ICI !

Ne manquez aucune info du secteur
Abonnez-vous à notre newsletter !

* champs obligatoire