Maison&Objet : le retour du grand export

Après deux éditions difficiles en 2016, la Safi a pris des mesures stratégiques qui ont redonné à Maison&Objet sa dynamique : l’organisateur comme les exposants soulignent un visitorat en nette hausse lors de l’édition de janvier, qui marque aussi une montée en puissance de la dimension digitale du salon avec la plateforme Maison&Objet and More (MOM).

Gautier maison&objet 2017

Stand Gautier, Maison&Objet janvier 2017.

 

Le sourire est revenu dans les allées de Maison&Objet. Après deux éditions difficiles en 2016, liées notamment au contexte post-attentats et à la crise du tourisme d’affaires qui s’en est suivi dans la capitale, l’organisateur a pris les devants pour communiquer sur une fréquentation en nette reprise lors de la dernière édition – du 20 au 24 janvier dernier à Paris Nord Villepinte : « Après quatre jours de salon, nous avons enregistré une augmentation du visitorat de 12,2 %, a déclaré Philippe Brocart, le directeur général de la Safi. D’autre part, le visitorat international est reparti à la hausse, à + 17,4 % tous pays confondus. » Entrant un peu plus dans le détail, l’organisateur a expliqué qu’on assiste à un retour du grand export, en particulier des acheteurs asiatiques, avec des Japonais en hausse de 57 %, des Coréens en hausse de 20 %, des Chinois en hausse de 17 %… mais aussi des acheteurs russes (+ 58 %) et Américains US (+ 27 %). Plus près de nous, les Européens sont également de retour, les Italiens (+ 17 %), les Espagnols (+ 29 %), les Portugais (+ 40 %), et même les Français, en hausse de +7,6 %. Pour Philippe Brocart, non seulement ces chiffres permettent de tourner la page d’une année sombre, mais ils traduisent aussi une édition charnière : « Cette reprise est le signal d’un retournement de tendance, et d’une reprise générale de l’activité, comme le montre le retour des acheteurs des pays d’Europe du Sud dont les économies relèvent à la tête. » Par rapport à l’édition de janvier 2016, le salon a accueilli un nombre identique d’exposants (2865) sur une surface légèrement inférieure (- 7 %), mais 800 d’entre eux exposaient pour la première fois.

Burov maison&objet 2017

Stand Burov, Maison&Objet janvier 2017.

 

Une attractivité renforcée

La Safi a su réagir face au bilan morose des dernières éditions, et à ce qui ressemblait à une lente érosion du visitorat, par des gestes commerciaux, qui ont porté leurs fruits : un « Programme Ambassadeur » a été mis en place, consistant à sélectionner les exposants clés, auxquels ont été offertes de 100 à 300 invitations pour faire venir leurs meilleurs clients. « Il s’agit d’une mesure appréciable, qui a certainement boosté la fréquentation, mais qui s’ajoute à l’amélioration du contexte économique, commente Jérôme Armaroli, directeur général de Sifas. C’est un plus, mais qui seul n’aurait pas suffit à faire venir les acheteurs. » Un point de vue largement partagé par les fameux « exposants clé » concernés par cette mesure. Autre nouveauté, la Safi a aussi mis en place un « black Friday », inspiré des opérations de prix cassés pratiqués dans les pays anglo-saxons pour lancer les soldes : pendant la fameuse journée, une entrée était offerte pour chaque entrée achetée, une option rendue possible par l’achat en ligne sur le site du salon, ce qui aurait séduit 3000 visiteurs.

Le renforcement du contenu événementiel du salon a certainement joué un rôle dans cette attractivité retrouvée, animé par un site internet de plus en plus actif, et démultiplié par la nouvelle application « Maison&Objet and more » (voir encadré). Ainsi, le salon a mis en ligne pour la première fois le parcours French Design, réunissant les fabricants et éditeurs de meubles français autour de la notion de « french touch ». « Cette opération permet à la fois de valoriser l’offre française en meubles, qui est désormais fidélisée à notre session de janvier, et de cultiver une spécificité et une différence pour Maison&Objet vis-vis des acheteurs internationaux, a commenté Philippe Brocart. Elle est appelée à se reproduire et à devenir structurante dans le temps. » Pour renforcer son rôle de décrypteur des tendances, le salon a aussi créé les espaces « What’s new ? », pour guider les pas des acheteurs, en présentant en un clin d’œil une sélection de produits les plus représentatifs des tendances du moment pour la maison. Enfin, soulignons aussi le programme particulièrement consistant des conférences proposées sur l’Espace Conférences, orienté vers les prescription, et plus encore sur l’Espace Retail, orienté vers la distribution, qui avait pour thème central la digitalisation du point de vente et les nouvelles techniques de commercialisation qui en découlent.

Home-Spirit maison&objet 2017

Stand Home Spirit, Maison&Objet janvier 2017.

 

Une satisfaction des exposants en hausse

Dans ce contexte, les exposants ont souligné un début de manifestation en fanfare : « La journée de samedi a été excellente en nombre et qualité de contacts, on se serait crus aux meilleurs jours de Maison&Objet », a ainsi déclaré le fabricant de sièges Jean-René Perrouin. « Nous avons été frappés par le retour en nombre des acheteurs asiatiques, qu’on ne voyait plus depuis les dernières éditions », a relevé Florian Dasras, fabricant de mobilier contemporain, une constatation partagée par Christophe Galéa, spécialisé dans le meuble de complément en verre et plexiglas. Exposant pour la deuxième fois, Gautier s’est également félicité du retour des visiteurs européens, mais aussi d’Asie et du Moyen-Orient, des contacts qui sont utiles à sa stratégie d’ouverture de magasins en franchise à sa marque à l’international. « Le salon est pour nous globalement très positif, car il nous donne une double visibilité pour la distribution et pour la prescription, a déclaré son directeur général David Soulard. Nous avons de plus en plus la possibilité d’adresser les prescripteurs étrangers vers nos points de vente du pays correspondant, qui travaillent de plus en plus en mode projet. » Sur le salon, la grande nouveauté Gautier était les lits escamotables Nocturne, qui viennent compléter la collection Préface dans une optique gain de place, en offrant en position fermée soit un meuble multifonction, soit une table extensible en fonction du nombre de convives…

> Pour lire l’article dans son intégralité, recevez Le Courrier chaque semaine en versions papier ou numérique, en vous abonnant via la rubrique dédiée sur ce site !

Ne manquez aucune info du secteur
Abonnez-vous à notre newsletter !

* champs obligatoire