Milan : une vocation manifeste pour le design

Rendez-vous leader pour le mobilier design, le 57e salon du meuble de Milan ouvrira ses portes du 17 au 22 avril au parc des expositions de Rho Pero. Loin de se reposer sur ses lauriers, l’événement lance un manifeste pour consolider ses positions et s’assigner de nouveaux objectifs, et entend capitaliser sur la relance de l’industrie italienne et le climat général de reprise.

 

Avec ses statistiques impressionnantes – 2 000 exposants dont 30 % d’internationaux, sur 205 000 m² de surface nette d’exposition – et plus encore son visitorat d’environ 300 000 entrées, même s’il faut y inclure le grand public accueilli en famille le samedi et le dimanche, le salon de Milan est au premier rang des salons du meuble européens et mondiaux. Il doit ce statut à ses liens étroits entretenus, depuis sa création en 1961, avec la riche histoire du design italien : éditeurs et designers transalpins ont en effet élu ce rendez-vous pour y imprimer les tendances, et y exposer leurs créations, parmi lesquelles un grand nombre sont devenus des classiques, inscrites aux collections des musées d’art contemporain du monde entier. Année après année, Milan est aussi devenu le salon de référence où l’ensemble des éditeurs de design allemands, scandinaves, japonais, français ou autres, à de rares exceptions près, lancent leurs nouvelles collections.

Stand Matière Grise en 2017.

 

Un manifeste pour dessiner l’avenir

Le salon n’entend pas, pour autant, se reposer sur ses lauriers, comme le montre l’initiative phare de cette 57e édition, à savoir le lancement d’un ambitieux « manifeste » pour lui faire prendre un nouveau départ, et jeter les fondations d’une nouvelle façon de penser, de travailler, et de faire du design. « Il nous faut maintenant élever notre niveau de jeu pour relever un défi global, nous devons nous concentrer sur l’innovation et la qualité durable, sur notre talent et sur notre volonté de partager l’information et de valoriser les jeunes générations, déclare Claudio Luti, son président. Ce premier manifeste est un engagement de continuer à faire mieux, et une invitation à venir à Milan, qui est au centre de tout et où tout a commencé. » Ce manifeste est donc une déclaration d’intentions qui porte sur une dizaine de points (1) : le salon n’est pas seulement une foire commerciale, mais un carrefour entre les entrepreneurs, les designers, les architectes, les journalistes, qui génère opportunités, émotion, enthousiasme et initiatives ; il est un rendez-vous pour les entreprises, petites et grandes, italiennes et internationales, qui ont pour ADN l’innovation dans les produits, les process et l’usage ; il a pour philosophie la qualité, ce qui veut dire aujourd’hui le développement durable et le recyclage ; il est un haut lieu du design, en tant que moyen pour diffuser les produits, et les aménagements de demain… Le manifeste évoque aussi les autres dimensions du salon, en tant que tremplin pour les jeunes designers et outil de communication pour les marques, et la volonté de les moderniser et de les renforcer.

 

Cinq salons en un, dont Eurocuccina

Le salon du meuble proprement dit se taille la part du lion avec plus de 1 300 exposants, sur 148 000 m² dans pas moins de 14 des immenses halls du Parc de Rho Pero, répartis selon trois catégories de style…

 

> POUR LIRE LES ARTICLES DANS LEUR INTÉGRALITÉ, RECEVEZ LE COURRIER CHAQUE SEMAINE EN VERSIONS PAPIER ET / OU NUMÉRIQUE, EN VOUS ABONNANT ICI !

Ne manquez aucune info du secteur
Abonnez-vous à notre newsletter !

* champs obligatoire