M&O : une bonne édition et des changements à venir

Grâce à la stratégie digitale de l’organisateur et à l’amélioration de la conjoncture internationale, l’édition de rentrée du salon de la décoration s’est révélée un bon cru pour des exposants du meuble traditionnellement moins nombreux qu’en janvier. La Safi annonce d’ores et déjà d’autres évolutions pour septembre 2018 – redéploiement de l’offre du secteur Actuel, regroupement de certains exposants par catégories de produits – pour que la totalité des halls bénéficient à égalité des flux de visiteurs.

Stand Fermob.

 

Après une édition difficile en septembre 2016, dans un climat post-attentats de Nice peu propice au déplacement des acheteurs et prescripteurs lointains, Maison&Objet s’est clairement remis dans le sens de la marche lors de la dernière édition, qui se tenait du 8 au 12 septembre dernier à Paris Nord Villepinte. Les allées ont été à nouveau envahies par des flots d’acheteurs dans un brouhaha mutilingue. « Même s’il faut attendre les chiffres définitifs, nous sommes sur une tendance de forte hausse à + 20 % de visiteurs, déclarait Philippe Brocart, DG de la Safi, société organisatrice du salon, le mardi 12 et dernier jour de la manifestation. Nous constatons une forte progression sur presque tous les pays, et notamment l’Europe du Sud, les USA, la Chine, le Japon et la Corée. » Pour expliquer cette relance, le dirigeant met en avant le travail de fond effectué par ses équipes depuis une année, en particulier autour de la plateforme Maison&Objet and More (MOM), lancée en septembre 2016, un outil digital qui permet aux professionnels de poursuivre l’expérience du salon tout au long de l’année. Sur cette plateforme de recherche et de mise en relation, les professionnels peuvent découvrir une sélection des produits exposés sur le salon, les nouveautés des exposants par marque et type de produits, et ainsi préparer leur visite avec la meilleure efficacité, en sourçant leurs produits, et en effectuant prises de rendez-vous, demandes de devis ou demandes d’échantillons. « MOM produit l’effet que nous attendions, c’est-à-dire le développement d’une communauté professionnelle autour de M&O, qui est avide d’informations sur le net, qu’elle considère comme un complément virtuel au salon. Cet outil stimule les internautes pour se rendre physiquement sur le salon, y rencontrer les gens en réalité et conclure des affaires. » Grâce à lui, Maison & Objet est aussi très présent sur les réseaux sociaux, avec déjà 350 000 fans sur Facebook, et 280 000 sur Instagram. Outre le levier du digital, Philippe Brocart explique aussi cette forte fréquentation par l’amélioration de la conjoncture dans les principaux pays développés, et le retour de la France, depuis le printemps, au sommet des destinations touristiques mondiales.

Canapé composable Albi (Home Spirit).

 

Actuel : bien, sauf le grand export

Bien que peu nombreux par rapport à la session de janvier, les exposants du meuble – essentiellement présents dans le secteur Actuel dans le hall 5B – se sont montrés globalement satisfaits des prises de commandes, même s’ils sont restés un peu sur leur faim en ce qui concerne la fréquentation internationale. « Grâce à un très bon emplacement, nous réalisons un salon bien meilleur qu’en septembre dernier, déclare Olivier Boisbault, dirigeant de Burov. Les distributeurs français sont venus, mais nous aurions aimé voir plus d’acheteurs étrangers. » Le fabricant et éditeur de sièges contemporains a exposé plusieurs extensions de gammes, du canapé Saint-Germain en nubuck aux modèles Beaubourg XXL et Auteuil avec méridienne, sans oublier la collection de rééditions des années 1950 en version outdoor – fauteuil Saturne, modèles 57 et 58 – revêtus en tissus Sunbrella. Burov annonce par ailleurs l’ouverture de son premier showroom dans Paris intramuros d’ici à la fin 2017.

Bibliothèque Frisco (Drugeot labo).

 

Un point de vue partagé par Christophe Galéa, spécialisé dans le meuble complément en plexiglas et verre situé à proximité : « Nous avons fait un bon salon jusqu’au dimanche, grâce à notre clientèle française plutôt acheteuse, et à des dates plus éloignées de la rentrée scolaire favorables aux prises de commande. Mais les visiteurs du grand export ne sont pas venus jusqu’au hall 5B, qui reste excentré par rapport au cœur du salon. » Un constat également pris en compte par l’organisateur, qui fera bientôt des changements pour y remédier…

 

> Pour lire les articles dans leur intégralité, recevez Le Courrier chaque semaine en versions papier ou numérique, en vous abonnant ici !

Ne manquez aucune info du secteur
Abonnez-vous à notre newsletter !

* champs obligatoire