Universités de l’agencement : les équipementiers au-devant des agenceurs

Aller au-devant des agenceurs et architectes d’intérieur, en région, pour créer ensemble de l’innovation et de la valeur ajoutée : tel est l’objectif du Groupement des Equipementiers de l’Ameublement Français avec les Universités de l’Agencement. La deuxième édition, qui a eu lieu fin 2016 à l’Afpia Solfi2A de Montaigu (Vendée), a permis d’avancer dans ce sens, en attendant les trois autres sessions déjà programmées en 2017.

 

Universités agencement Ameublement Français Afpia Solfi2a

C’est un nouveau rendez-vous qui s’installe dans le paysage de l’aménagement des espaces de vie : après une première édition en avril dernier à l’Afpia de Lyon, la deuxième édition des Universités de l’Agencement, organisées conjointement par le Groupement des Equipementiers de l’Ameublement Français et par l’Afpia Solfi2A, les 29 et 30 novembre dernier sur son site de Montaigu (Vendée), a confirmé la pertinence de ce nouveau concept : « Cette deuxième édition a attiré de 160 à 180 visiteurs, un nombre en nette hausse par rapport à Lyon, se félicite Christophe Chenu, le président du Groupement. En plus des étudiants de l’Afpia, qui forme jusqu’au BTS, nous avons attiré un nombre important d’agenceurs, qui sont venus d’un rayon de 200 km autour de Montaigu, ce qui montre que notre rendez-vous correspond à une véritable attente. » Du point de vue du Groupement des Equipementiers, l’offre continue également de s’élargir, puisque trois nouveaux membres ont rejoint les Universités depuis l’édition de Lyon, ce qui porte le total des participants à dix. Il s’agit du fabricant de technologies pour l’usinage du bois Biesse, du fabricant de surfaces innovantes pour l’architecture et le design Cosentino, et du fournisseur de logiciels de conception et de gestion des projets d’aménagement intérieur 2020 Technologies.

Un format spécifique

Imaginées spécialement pour les agenceurs, les architectes d’intérieur et des étudiants en fin de formation, les Universités se distinguent des autres formats existant : il ne s’agit pas d’une session de formation, puisqu’on n’y parle pas de procédés théoriques mais de solutions concrètes, et il ne s’agit pas non plus d’un salon, puisque les exposants présents ne vendent pas leurs produits. « Notre objectif est de faire mieux connaître nos produits et services, et ce qu’ils ont d’innovant, pour aider les professionnels à optimiser leurs réalisations, pour sortir du lot, et aller au-delà des attentes exprimées de leurs clients en termes de qualité, d’ergonomie, d’environnement… ajoute Christophe Chenu, par ailleurs gérant de Blum France. Le tout permettant de créer de la valeur ajoutée. » Il s’agit d’un rendez-vous de proximité, où on prend le temps de répondre aux questions, et de présenter ses solutions, démonstrations à l’appui.

 

Universités agencement Ameublement Français Afpia Solfi2a

En parallèle, les organisateurs donnent la parole à des prescripteurs qui mettent en évidence leurs attentes en matière de solutions d’aménagement, comme ce fut le cas à Montaigu avec l’architecte d’intérieur CFAI Mickaël Rivoallon, et le consultant en agencement de boutiques Joffrey Bernard (agence Tetris). Le concept a aussi pour principe d’associer l’établissement d’enseignement qui accueille la manifestation : c’est ainsi que l’Afpia Solfi2A a mis au programme une présentation des matériaux innovants qui permettent de donner de nouvelles dimensions aux agencements (voir encadré).

Une culture de l’innovation

Pour les équipementiers présents, les Universités sont une opportunité pour aller au-delà des idées reçues, et d’élargir la perception de leurs produits. A titre d’exemple, Cosentino a présenté sa dernière innovation, le Dekton, un matériau développé par le service R & D du groupe, à partir de composants utilisés notamment pour la fabrication du verre et de la céramique, et en faisant appel aux nano-technologies. « Ce matériau se caractérise par sa résistance mécanique élevée aux rayures, tâches et chocs thermiques, argumente Jean-Luc Manivet, gérant de Cosentino France. Mais les professionnels pensent surtout aux applications dans le plan de travail, alors qu’on peut aussi l’utiliser pour une façade de meuble, un revêtement de sol ou mural, et même en extérieur. C’est ce que nous avons expliqué à Montaigu. » Ce rendez-vous montre aussi que l’innovation chez les équipementiers est permanente. C’est ainsi que Rehau a présenté en avant-première Rauvisio Crystal Miror, dont le lancement arrive en ce début 2017. Cette nouvelle surface polymères, qui imite parfaitement le miroir tout en étant usinée aussi facilement que le panneau à base de bois, est une alternative au verre qui devrait trouver sa place entre autres dans la salle de bains. En plus du panneau texturé Wave décliné en noir et blanc, l’équipementier allemand propose désormais Rauvisio Crystal (effet verre) en 8 coloris mat et brillant, et Rauvisio Brillant (effet laque) en douze coloris… « Avec toutes ces nouveautés, nous voulons montrer aux agenceurs que Rehau est sorti de la simple bande de chant pour leur proposer des solutions complètes pour le meuble, avec un large choix de  façades et des outils numériques pour les configurer », commente Sandrine Sarrat-Behr, responsable ameublement de la filiale française. Rehau n’en demeure pas moins un acteur innovant de la bande de chant, avec son offre Raukantex Pro, décliné en 1 200 coloris unis ou décor, qui permet d’obtenir une qualité « zéro joint visible » de plus en plus demandée dans les aménagements haut de gamme. C’est ce qui explique la présence à ses côtés de Biesse, nouvel adhérent du Groupement des Equipementiers de l’Ameublement Français. Le fabricant italien a en effet développé pour ses plaqueuses de chant la technologie Air Force System, qui permet d’obtenir un plaquage sans joint en utilisant un procédé de fusion à air chaud, plus simple que le laser. « C’est cette technologie que nous voulons mettre en avant à l’égard des agenceurs, commente Lionel Chatain, responsable plaquage de chants chez Biesse France, d’autant plus que nous la proposons sur nos machines d’entrée de gamme, ce qui la met à la portée des PME et TPE ».

Personnalisation du produit et nouveaux services

Les agenceurs ont aussi de plus en plus besoin de produits-services qui leur permettent de travailler dans la qualité, mais plus vite et en sous-traitant au besoin certaines tâches. Tel est le positionnement d’Optima, une filiale du groupe LMC qui propose des solutions sur mesure en particulier pour la problématique tiroir : « Nous proposons un service en ligne qui permet de commander des tiroirs sur mesure, explique Sébastien Mautre, technico-commercial de la marque. Nous pensons aujourd’hui que la valeur ajoutée de l’agenceur est dans la conception de ses aménagements, et que nous pouvons le décharger d’une tâche fastidieuse et chronophage, la fabrication de ses tiroirs. 8 000 professionnels ont déjà ouvert un compte sur notre site. » Offrir des services qui accompagnent l’agenceur et lui facilitent la vie, tel est aussi le positionnement d’un Blum. Le fabricant est connu pour ses nombreuses solutions pour l’ouverture des portes, tiroirs et meubles hauts dans un contexte « sans poignées », déclinées en quatre  technologies de mouvement (Blumotion, Tip on, Servo-drive, Tip-on Blumotion.  Dernière innovation en date, Tip-on Blumotion, le système mécanique alliant ouverture par simple pression et fermeture amortie, est désormais disponible avec les coulisses Tandembox, pour démocratiser encore plus le produit. Mais l’équipementier autrichien propose aussi des outils pour l’artisan, comme le logiciel Dynalog pour concevoir son meuble étape par étape, et surtout Easy Assembly, une application mobile pour Smartphone qui permet de télécharger et d’utiliser off line toutes les notices et vidéos de montage, et même d’utiliser un module de réalité augmentée pour définir le réglage optimal des relevants Aventos. Cette innovation, qui préfigure le métier de demain, a beaucoup intéressé les participants aux Universités. Dernier exemple de service aux agenceurs, Presta France est une société spécialisée en livraison, installation et montage de mobilier, qui réalise environ 4 500 opérations par mois dans toute la France, ce qui décharge l’agenceur d’une autre tâche souvent chronophage qui peut désorganiser son activité, en s’appuyant sur un réseau national d’agences. Pour poursuivre se travail de proximité auprès des artisans du secteur, les Universités de l’Agencement ont déjà fixé trois nouveaux rendez-vous en 2017, les 15 au 16 mars au lycée Jean Prouvé de Lille, les 29 et 30 juin chez les Compagnons du devoir et du Tour de France à Muizan près de Reims, et en novembre à l’Ecole Boulle à Paris.

 

Materiaux innovants universités agencement afpia solfi2a

Gros plan sur les matériaux innovants

La plateforme Solfi2A de Montaigu a activement participé à ces Universités en organisant une présentation d’une demi-journée portant sur une centaine de matériaux innovants pour l’agencement, principalement des panneaux aux propriétés décoratives inédites, sur le plan de la mise en œuvre et avec des exemples d’applications dans des projets. Parmi eux, on peut citer par exemple les panneaux stratifiés à effet texturé, métallique ou magnétique (Hubler), les plaques en aluminium ou acier inoxydable avec décor effet 3D (Alrox), ou les papiers peints structurés / tissés à base de cellulose, polyester, fibres naturelles, verre, liège imprimé… (Omexco). « Ces matériaux sont passionnants, mais la question se pose de savoir comment les usiner, déclare Samuel Richard, directeur adjoint de Solfi2A. Les agenceurs devront demain être multimatériaux, mais ne pourront pas être multiprocess, il faudra donc imaginer des savoir-faire et des équipements mutualisés. Telle est la stratégie de notre plateforme, et le message que nous avons voulu faire passer dans cette présentation. »

 

 

 

Ne manquez aucune info du secteur
Abonnez-vous à notre newsletter !

* champs obligatoire