Les Universités de l’agencement s’installent dans le paysage

Organisées par le Groupement des Equipementiers de l’Ameublement français, la dernière édition 2017 des Universités de l’agencement ont eu lieu à l’école Boulle les 20 et 21 novembre. Suite à l’intérêt croissant des étudiants et des professionnels pour ce rendez-vous où on parle avant tout solutions techniques, deux nouvelles éditions ont été programmées en 2018, en avril à Lyon et à l’automne à Montaigu. La remise des premiers Trophées de la Cotraitance de l’Ameublement français a renforcé l’attractivité de l’événement.

 

Organisée dans la célèbre école Boulle de Paris, la dernière édition de l’année des Universités de l’agencement avait quelque chose d’un retour aux sources : il s’agit en effet d’un lieu d’excellence pour la formation de générations d’agenceurs et d’architectes d’intérieur, d’aujourd’hui et de demain, qui sont les destinataires de cette manifestation. « Cette dernière édition nous a permis de faire encore un pas de plus vers nos interlocuteurs étudiants, agenceurs et architectes d’intérieur, déclare ainsi Christophe Chenu, le président du groupement des équipementiers de l’Ameublement français, et gérant de Blum France, à l’origine de ce rendez-vous. Après les bonnes éditions notamment de Lyon et Montaigu, ils ont été encore plus nombreux au rendez-vous. » Ces Universités ont attiré en deux jours plus de 200 étudiants, et une soixantaine d’agenceurs et architectes d’intérieur. « Il me semble que l’association des anciens de l’Ecole Boulle a joué un rôle important en mobilisant ses troupes, et il faut souligner que certains professionnels ont fait un déplacement lointain, et sont venus le premier et le deuxième jour, ce qui montre que la mayonnaise est en train de prendre », ajoute Philippe Jarniat, responsable de marchés à l’Ameublement français, co-organisateur de l’événement.
Du côté des visiteurs, le concept et le format commencent à interpeler : « Les Universités sont un lieu de réflexion, où on peut parler de solutions techniques avec les exposants, en prenant son temps et sans la pression commerciale des salons, et des évolutions de nos métiers avec les autres acteurs présents », se félicite Hervé Leproust, chargé d’affaires chez Beaugeard Agencement, venu de Joigny (Yonne). « L’intérêt majeur de ce rendez-vous est de pouvoir rencontrer des équipementiers dans des domaines différents et réunis dans un même lieu, et de découvrir leurs solutions techniques et décoratives sans perte de temps et dans une certaine convivialité. », ajoute Luc Boutet, architecte d’intérieur à l’agence Arc & Sens (Paris 7ème). La formule composée d’une exposition compacte des membres du groupement des équipementiers de l’Ameublement français, complétée d’une table ronde et d’une conférence, le tout sur deux grosses demi-journées, semblent correspondre au public visé.

Le stand de Blum.

 

L’innovation par les équipementiers

Si l’Ecole Boulle est haut lieu de la tradition, elle n’en est pas moins ouverte à l’innovation, comme le montrent la présence des équipementiers présents lors des Universités, qui proposent des solutions répondant aux demandes actuelles des professionnels et des utilisateurs finaux, notamment en termes d’usage, et même souvent en avance sur le marché. C’est le cas par exemple du fabricant de motorisations électriques danois Linak, entre autres pour le bureau assis-debout et la cuisine. « Nous constatons une tendance forte des prescripteurs et des fabricants de bureau français pour les plateaux réglables en hauteur, qui permettent à chacun de travailler dans une position de confort personnalisée selon sa morphologie, déclare Verner Hansen, le gérant de la filiale française. L’exemple des pays d’Europe du Nord, qui ont réduit les problèmes de dos et l’absentéisme au travail grâce à cette méthode, commence à être suivi en France. Les Universités sont un bon moyen de les promouvoir. » En plus de ses systèmes pour le bureau – qui peuvent être commandés par l’application Desk Control, qui permet la programmation de 4 positions différentes, et fonctionne par Blue Tooth – Linak a également développé un moteur exclusif appelé Baselift, qui s’intègre à la base des meubles de cuisine, et permet de régler à hauteur voulu le plan de travail pour pouvoir cuisiner confortablement quelle que soit sa taille.

 

Stand Linak.

 

Pour le fournisseur de solutions polymères pour le meuble et l’agencement Rehau, l’innovation est aussi le meilleur moyen de marquer sa différence sur le marché : « Nous avons mis en avant notre nouvelle surface Rauvisio cristal mirror, lancé au dernier Interzum à Cologne, et qui est désormais disponible sur le marché français, explique Sandrine Sarrat-Behr, responsable de marché. Il s’agit d’une imitation parfaite du miroir en verre, qui a beaucoup intéressé les étudiants et les agenceurs. » Le fournisseur est notamment connu pour sa très large gamme de bandes de chant, et pour sa technologie sans joint Raukantex Pro, avec sa couche fonctionnelle en polymères permettant d’obtenir une qualité optimale du placage, en termes de durabilité et de rendu esthétique. Cette technologie de placage sans joint est également l’un des points forts du groupe italien de technologies pour le bois Biesse, qui a mis en avant Air Force, le procédé exclusif de placage par air chaud, plus simple à utiliser que le placage au laser. « Nous proposons aujourd’hui des solutions dimensionnées pour les artisans et agenceurs, qui peuvent aussi bénéficier de ce procédé à la fois très fiable et très qualitatif », explique Lionel Chatain, responsable plaquage de chants chez Biesse…

 

> POUR LIRE LES ARTICLES DANS LEUR INTÉGRALITÉ, RECEVEZ LE COURRIER CHAQUE SEMAINE EN VERSIONS PAPIER OU NUMÉRIQUE, EN VOUS ABONNANT ICI !

Ne manquez aucune info du secteur
Abonnez-vous à notre newsletter !

* champs obligatoire