COFEL signe une grande enquête sur le sommeil

Menée sur 10 jours en début d’année auprès de 3 001 personnes, la « grande enquête sur le sommeil des Français », réalisée par COFEL, devait répondre à plusieurs objectifs pour le groupe : récupérer des données quantitatives et qualitatives, constituer un objet de communication pour Bultex, et devenir un outil d’engagement permettant à chacun de comparer son sommeil à celui des Français moyens…

 

C’est en début d’année, du 30 janvier au 9 février derniers, que 3 001 Français (18 ans et plus) ont été interrogés via Internet, selon plusieurs critères aux quotas définis (sexe, âge, taille d’agglomération, etc.). Iligo, agence d’études dédiée à la compréhension des comportements de consommation et à la mesure des leviers marketing, a recueilli et analysé les réponses pour le groupe COFEL… qui devait ensuite en tirer plusieurs enseignements.

 

 

 

Une typologie qui nourrit plusieurs discours pour Bultex

A partir de toutes les données recueillies – dont figurent quelques extraits, sur cette page, à travers une sélection d’infographies – un traitement statistique spécifique a été réalisé, afin de définir des types de sommeil pour que chaque personne puisse s’identifier à un groupe. La segmentation ainsi établie consiste en un découpage de l’ensemble des Français en groupes distincts et homogènes, à l’intérieur de chaque groupe, en fonction de critères socio-démographiques (sexe, âge, CSP…) et comportementaux (durée du sommeil, satisfaction vis-à-vis du sommeil, durée d’endormissement…) ; pour chacun d’eux, COFEL y associe un discours :

 

> Les dormeurs préoccupés : un peu stressés, ils s’endorment vite, dorment entre 7 et 8 h, mais sont fatigués au réveil et en journée. Ils ont plus de micro-réveils que la moyenne des Français. À noter : leur matelas est ancien (discours COFEL : gestion de la charge mentale, organisation / gestion stress, accompagnement) ;

> Les dormeurs fatigués : ce sont des personnes anxieuses, dormant mal voire étant insomniaques, dont le sommeil n’est pas réparateur. Accros aux smartphones et sujettes aux réveils fréquents, elles sont stressées autant dans leur vie personnelle que dans leur travail. Leur matelas est souple, peu ferme (discours COFEL : gestion de l’anxiété (globale qui se répercute sur le sommeil, gestion des insomnies, médecine) ;

> Les actifs bons dormeurs : connectés à la vie comme aux écrans – notamment à l’heure du coucher – ils aiment dormir mais ils repoussent leur heure de sommeil, en raison de leur emploi du temps chargé. Ils dorment bien donc le sommeil n’est pas une préoccupation (discours COFEL : « connectés à la vie », discours autour des écrans, objets connectés, facilités d’achat / livraison, e-commerce, valorisation de Mérinos, technologie) ;

> Les dormeurs utilitaires : pour eux, le sommeil est du temps perdu. Ils dorment bien mais ce n’est pas important à leurs yeux. Malgré le fait qu’ils ne soient pas stressés autant dans leur vie personnelle que professionnelle, ils s’endorment difficilement. Leur matelas est souple et âgé entre 11 et 15 ans (discours COFEL : importance du bien-dormir, bienfaits du sommeil) ;

> Les dormeurs bien-être : peu accros au téléphone, ils n’ont aucun problème avec leur sommeil. Sportifs, dormant longtemps, ils possèdent généralement un matelas ferme (discours COFEL : perfection, partage de conseils).

 

Lire aussi : Rencontres 2017 : l'APL, sur tous les fronts

 

Ne manquez aucune info du secteur
Abonnez-vous à notre newsletter !

* champs obligatoire