Bruxelles : une riche édition

Si ce volet 2017 a enregistré une légère hausse de sa fréquentation d’un peu plus de 2 % – qui vient compenser le repli observé l’année dernière – il s’est montré, avant tout, très dense au niveau des nouveautés présentées, avec de beaux efforts d’innovation…

 

 

 

Une hausse de fréquentation assez légère (+ 2,24 % selon les chiffres officiels des organisateurs), mais des visiteurs de qualité, ayant très bien accueilli les produits : c’est ainsi que l’on pourrait résumer la tendance générale de cette édition 2017 du Salon du Meuble de Bruxelles, qui s’est déroulée il y a quelques jours, du dimanche 5 au mercredi 8 novembre. Les exposants ont en effet salué, pour la majorité d’entre eux, l’intérêt dont ont fait part les distributeurs venus leur rendre visite, et en particulier celui des Français qui, même s’ils se feraient un peu moins nombreux, considèrent toujours Bruxelles comme un rendez-vous de choix. « Nous avons sans doute eu un peu moins de monde, mais les « grands » visiteurs sont là, résume Marc Defrancq, (D&D / Tabu Living). Au niveau des Belges, je constate que les plus petits magasins ne se sont pas tellement déplacés : c’est ainsi la première fois que nous voyons moins de visiteurs nationaux… à cause de la conjoncture. Les Français, eux, étaient aussi nombreux que l’année dernière, à mon sens ».

Feniks, Evan.

 

Chez Meubar / Evan, l’impression a été la même, avec une fréquentation globalement stable… mais, au contraire, « beaucoup » de distributeurs venus de l’Hexagone, selon Jean-Claude Neirynck, et un visitorat très qualitatif. Satisfaction partagée par Kateline Dierckx (Lee & Lewis), et Guy Vermeeren (Mintjens Group) : ce dernier faisait preuve d’un grand enthousiasme au troisième jour du salon, se félicitant d’avoir reçu en particulier « des Norvégiens, Ecossais, Britanniques, Suisses, et de très nombreux Français », tous s’étant montrés très réceptifs face à la nouvelle collection dévoilée par le fabricant [voir plus bas]. Car il s’agit bien de cela : si la fréquentation semble effectivement avoir été à peu près la même, les distributeurs présents dans les allées du parc des expositions de Bruxelles durant ces quatre jours ont su accueillir les produits comme il se doit, et ainsi récompenser les grands efforts dont ont fait preuve les fabricants… Cette édition, en effet, s’est montré particulièrement riche, tant au niveau de la quantité de nouveautés présentées que par leur caractère, justement, innovant.

Bloom, Mintjens.

 

Couleurs, matières et « looks » inédits

Et ce caractère innovant résulte, parfois, d’une belle impulsion donnée aux marques par un virage à 90 degrés, comme cela est le cas chez Recor Home. Le fabricant nous avait annoncé, en amont du salon [voir ici], une simplification de son image de marque pour, entre autres, renforcer son identité. Ainsi, si les produits que nous lui connaissions jusqu’alors – désormais estampillés « Recor Originals » – continuent d’occuper une bonne partie de l’offre, le fabricant a mis en valeur, sur un stand repensé totalement différemment par rapport aux années précédentes, ses Recor Home Labels. Répartis en cinq thématiques aux inspirations distinctes, les meubles ont tous été conçus, comme le souligne Charles Corthouts, en partant du consommateur. Ainsi, dans l’offre Dansaert, très contemporaine, la table à dîner est dotée d’une rainure centrale pourvue de ports USB, les coins des canapés rembourrés de la gamme Ardenne sont plus moelleux ce qui les rend davantage rassurants avec les enfants… De multiples détails orientés sur le bien-être et la fonctionnalité, qui n’enlèvent rien au design, puisque les 80 nouveaux produits – pas moins ! – dévoilés à l’occasion du salon affichent tous des esthétiques pointues, travaillées par des designers sous la houlette d’un directeur créatif.

Conforté, de son côté, par le grand succès qu’avaient remporté sa toute première gamme l’année dernière, Tabu Living décline, désormais, ses meubles de séjours en version TB2, plus accessibles car composés d’un tiers de métal seulement ; la ligne originelle TB1, de son côté, s’enrichit d’éléments muraux. Ajoutons qu’une version dorée est maintenant disponible pour les façades métal, venant s’ajouter aux tons cuivre et argent ; ceux-ci sont à combiner aux deux références de bois.

Lee & Lewis.

 

Sur le stand Theuns, le produit phare était bien entendu la nouveauté Göteborg, en 100 % bois massif de frêne associé à quatre nuances « vintage » de laques ; la gamme propose notamment une table à manger emblématique, réalisables sur-mesure au centimètre près, pour une longueur maximum de 3,50 m. De son côté, l’offre A la Carte by Theuns, proposant des tables au plateau épais (chêne massif 46 mm) avec veinage marqué, a remporté un « grand succès » auprès des visiteurs.

Chaque année, « la » nouveauté du groupe Mintjens est particulièrement attendue sur le salon de Bruxelles. Et pour cette édition 2017, Guy Vermeeren annonce « le produit, sans doute, le plus haut-de-gamme que le groupe n’ait jamais fait, aussi bien en termes de matériaux, finitions, etc. » Bloom – c’est son nom – réunit des meubles de séjour en panneau MDF 18 mm, avec latte massive 3 mm par-dessus ; les plateaux, eux, sont enrobés d’un placage premier choix. L’esthétique naturelle est pure – avec un bois sans nœud et défibré – associée à quatre teintes de métal, unies ou dégradées, dont les associations donnent lieu à des styles définis (italien, oriental, nordique). Les meubles reposent sur un piétement métal époxy en une seule structure qui supporte l’ensemble. Autre détail : les séparations de pièce – un type de meuble cher à Mintjens – se trouvent pourvues de petites niches en métal amovibles à disposer à sa guise, dans deux sens possibles, pour un résultat du plus bel effet et une fonctionnalité accrue. Evoquons, enfin, la PLV à la fois compacte et innovante qui permet d’apprécier, en un seul coup d’œil, les associations bois / métal (avec respectivement six et cinq teintes).

Passe Partout.

 

Chez Lee&Lewis, la lumière était mise sur de nouvelles propositions très contemporaines, alliant bois et métal (Nadal) ou d’inspiration vintage, en teck (Bergen).

Toujours de très nombreux modèles sur le vaste stand Meubar / Evan, où Jean-Claude Neirynck présentait au public français une foule de nouveaux modèles. Chez la première, on mentionnera les séjours York – désormais retravaillé, avec de nouvelles nuances – mais aussi Jakarta, dont les modules sont dotés d’un plateau en panneau mélaminé imitant la céramique… Du côté d’Evan, citons Treviso, « la meilleure vente du salon », affichant des portes blanches ou anthracite (elle est, dans cette dernière version, particulièrement plébiscitée par les distributeurs de l’Hexagone) ; également, le séjour Feniks, qui porte le nom du matériau entrant dans la composition de son plateau, à l’image des cuisines ; enfin, Marmo joue sur un effet marbre…

 

> POUR LIRE LES ARTICLES DANS LEUR INTÉGRALITÉ, RECEVEZ LE COURRIER CHAQUE SEMAINE EN VERSIONS PAPIER OU NUMÉRIQUE, EN VOUS ABONNANT ICI !

Ne manquez aucune info du secteur
Abonnez-vous à notre newsletter !

* champs obligatoire